samedi, 21 mai, 2022
Sunugal multimédia

VIOLENCES TOUS AZIMUTS CONTRE ELLES: Les sages-femmes disent stop et annoncent une marche le 7 mars prochain 

par Sunugalnews.com

Elles n’en peuvent plus d’être la cible des malades, de leurs accompagnants ou même des autorités relevant de leur corps de métier et il faut que tout le monde se le tienne pour dit. Samedi dernier, à travers une conférence de presse à l’Ecole nationale de développement sanitaire et social (Endss), les sages-femmes d’Etat ont laissé entendre que le 7 mars prochain, elles marcheront pacifiquement aux fins d’amener les autorités à prêter attention à elles et leur situation de femmes vulnérables. Sauf si les gens arrêtent de les prendre pour cibles, l’Association nationale des sages-femmes d’Etat du Sénégal (Ansfes)  ne compte pas attendre qu’on ait fini de les maltraiter pour se plaindre. En conférence de presse à l’Ecole nationale de développement social et sanitaire samedi dernier, les membres de l’association invitent les autorités à être plus regardantes par rapport à leur situation de femmes vulnérables. Elles n’en peuvent plus des violences administratives, physiques, verbales, juste parce qu’elles sont des femmes. 
Elles sont, à les en croire, humiliées et vivent des frustrations dans les postes de santé où certains Médecins-chefs de district (Mcd) placent des agents hiérarchiquement inférieurs en grade au-dessus d’elles, comme leur supérieur hiérarchique, pour les rabaisser davantage.«Nous venons de subir 2 nouvelles agressions en 2022, à Diana Malari. Après Aïda agressée à Kolda en 2020, Rokhaya à Sédhiou en 2021…,Gnima Sagna a failli laisser sa vie au poste de santé de Fadial il y a quelques mois. Et la dernière en date a eu lieu dans le village de Bambali sans compter celles passées sous silence par les victimes de peur de perdre leurs postes», a dénoncé Bigué Bâ Mbodji, présidente de l’association, qui ajoute qu’en dépit des promesses faites par les autorités, rien n’a changé. 
  
Plan d’actions 
  
  
Mais, elles ne resteront pas à attendre que l’irréparable se produise pour se faire entendre des autorités ou crier au scandale. «Nous projetons de passer à la vitesse supérieure en commençant par une marche pacifique nationale de protestation le 7 mars 2022, des sit-in dans les écoles de formation sanitaire, une journée de maternité sans sages-femmes de manière effective et toute autre forme de protestation légale pour notre survie», tonne la présidente de l’Association nationale des sages-femmes d’Etat du Sénégal. Aussi, elle appelle la tutelle et les autorités concernées par cette situation, tout comme le président de la République à leur venir en aide, à travers un règlement définitif des problèmes que subissent les sages-femmes dans l’exercice de leurs fonctions. 
NKN

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire

L’info en continue 

Copyright @2022 Sunugal multimedia. Tous droits réservés.