Ils utilisaient les noms et adresses d’anciennes hautes autorités pour quémander des passeports diplomatiques et de l’argent au président de la République.

Presque un mois après la levée de l’immunité parlementaire des députés Boubacar Biaye et EL hadj Mamadou, l’action publique tarde toujours à être déclenchée. Les deux présumés faussaires ne sont pas encore entendus sur cette affaire qui risque de leur coûter, en plus de leur carrière politique, leur liberté tout court. Pourtant, malgré cette léthargie, l’enquête dans le cadre de cette affaire suit son cours. D’ailleurs, quatre individus ont été arrêtés et entendus par la division des investigations criminelles.
Selon les informations de « les Echos », les personnes arrêtées utilisaient les noms et les adresses d’anciennes hautes autorités du pays pour demander des passeports diplomatiques et de l’argent au président de la République. Selon nos confrères, ces individus utilisaient les noms et les adresses d’anciennes hautes autorités du pays pour demander des passeports diplomatiques au président de la République.
« Parfois ils demandaient même de l’argent prétextant qu’un ancien ministre, DG ou député était très malade et que sa situation nécessitait une aide importante », souffle une source. Rappelons que dans le cadre de cette affaire, plusieurs personnes dont les rappeurs et activistes de Y’en a marre, Kilifeu et Simon, ont été arrêtées. Celui qui est considéré comme le cerveau, EL hadj Djadji Condé, a également été arrêté alors que les députés de la majorité présidentielle Mamadou Sall et Boubacar Biaye, qui sont cités dans cette affaire, feront face le 21 décembre prochain au juge d’instruction du 2e cabinet. Ils ont reçu leur notification de mandat de comparution et étaient de passage pour la signature.

NKN

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here