Les manifestants continuent d’occuper les rues de la capitale soudanaise mercredi, deux jours après un coup d’État mené par le chef de l’armée, le général Abdel Fattah al-Burhane. Le Premier ministre, Abdallah Hamdok, a été ramené chez lui mardi soir et reste « sous surveillance renforcée ». Les vols à l’aéroport de Khartoum vont reprendre mercredi à 14 h GMT. 

Deux jours après le coup d’État militaire, les manifestants soudanais continuent de protester, mercredi 27 octobre. Ils veulent que l’ensemble des autorités civiles de transition soient réinstituées et bloquent par milliers les principaux axes de Khartoum sous une nuée de drapeaux soudanais et aux cris de « Non au pouvoir militaire ! ».

Le général soudanais Abdel Fattah al-Burhane a dissous, lundi, les autorités du gouvernement de transition – dont la quasi-totalité des membres civils est déjà aux mains de l’armée. L’état d’urgence a été décrété alors que des tirs ont fait sept morts et 140 blessés parmi les milliers de manifestants pro-démocratie.

Le coup d’État, dénoncé par la communauté internationale, s’est déroulé en plusieurs étapes. Le Premier ministre Abdallah Hamdok, son épouse, nombre de ses ministres et tous les membres civils du Conseil de souveraineté – plus haute autorité de la transition – ont été arrêtés par des militaires, tôt lundi.

Reprise des vols à l’aéroport de Khartoum à 14 h GMT

Les vols vers et depuis l’aéroport de Khartoum doivent reprendre mercredi à 14 h GMT, a annoncé le directeur de l’aviation civile, Ibrahim Adlane, au surlendemain du coup d’État militaire au Soudan.

Ce même directeur avait indiqué la veille que ces vols avaient été suspendus « jusqu’au 30 octobre ». Il n’a pas expliqué dans l’immédiat ce revirement.

Tensions entre forces armées et manifestants à Khartoum

Les forces de sécurité ont tiré des gaz lacrymogènes contre des manifestants qui bloquaient un important axe routier de la capitale soudanaise. Les militaires cherchent à dégager l’axe bloqué avec des pierres par les manifestants, mais en vain pour le moment, selon les témoins.

Le Premier ministre Abdallah Hamdok a été ramené chez lui

Selon son bureau, le Premier ministre déchu Abdallah Hamdok est de retour, mardi soir, à son domicile avec son épouse. Ils sont « sous étroite surveillance ». « Plusieurs ministres et dirigeants politiques sont toujours en état d’arrestation dans des endroits inconnus », poursuit le texte.

Le Conseil de sécurité de l’ONU « préoccupé »

Le Conseil de sécurité de l’ONU s’est réuni, mardi, en urgence et à huis clos sur le Soudan, ses membres affirmant leur préoccupation au lendemain du coup d’État militaire, selon des diplomates qui ont indiqué que des négociations se poursuivaient sur l’adoption d’une déclaration commune.

Le texte ne prévoit plus, comme un premier projet de déclaration l’incluait, de dénonciation du coup d’État « dans les termes les plus forts », mais garde une condamnation du putsch, a précisé à l’AFP un diplomate. Reste à savoir si la Russie, qui ne s’était pas jointe lundi à la réprobation unanime de ses partenaires internationaux, acceptera de conserver ce terme dans un texte commun.

Avec France 24

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here