Dans un film documentaire d’une dizaine de minutes, l’avocat El Hadj Diouf exhibe les «preuves» que Sonko a menti sur toute la ligne dans l’affaire des 94 milliards de francs. Le film montre des Pv de réunions entre les ayants droit du terrain et Ousmane Sonko. On entend également des enregistrements audio avec une voix qui serait celle du leader de Pastef en train de négocier avec les héritiers de la famille propriétaire du terrain en question. Toutes ces «preuves» prouvent qu’Ousmane Sonko a menti, selon Me Diouf

L’avocat de Mamour Diallo a projeté, hier, un film dans lequel il dévoile à la face du monde les «preuves des mensonges et contrevérités» d’Ousmane Sonko. Dans ce film documentaire d’une dizaine de minutes en français d’abord ensuite en wolof, on voit des messages téléphoniques attribués à Ousmane Sonko et envoyés à Tahirou Sarr. On voit aussi des procès verbaux de réunions entre les ayants droit du terrain et Ousmane Sonko avec des signatures attribuées au leader de Pastef. On entend également toujours dans ce film documentaire des enregistrements audio avec une voix qui serait celle du leader de Pastef en train de négocier avec les héritiers de la famille propriétaire du terrain en question. Toutes ces «preuves» prouvent qu’Ousmane Sonko a menti, selon Me El Hadj Diouf qui s’exprimait après la projection du film. «Ousmane Sonko a été pris la main dans le sac. Contrairement à ce qu’il dit, il a bel et bien eu des réunions avec les héritiers comme le prouvent ces procès verbaux et ces enregistrements audio», jubile l’avocat de Mamour Diallo. «Avec ce film, on ne peut plus avoir des doutes sur les mensonges de Sonko. Il disait qu’il ne peut y avoir d’intermédiation en cas d’expropriation pour cause d’utilité publique. Et pourtant, on le voit et on l’entend discuter avec les héritiers dans son cabinet», poursuit Me El Hadj Diouf, ajoutant que ce film a montré «les preuves que Sonko ment» depuis toujours. «Le doute n’est plus permis, voilà le vrai visage de Sonko qui passe tout son temps à duper les Sénégalais. Car contrairement à ce qu’il a dit, il a des intérêts dans cette affaire. Pour ne pas apparaître, il a orienté les héritiers du terrain auprès de ses sociétés écrans Atlas et Mercalex dirigées par Ismaïla Ba qui est aussi le trésorier de Pastef. C’est sa société Atlas qui a signé avec les héritiers et il a exigé d’avoir 11 milliards sur les 46 milliards de la transaction», poursuit El Hadj Diouf, ajoutant que les deux sociétés Atlas et Mercalex ont le même numéro de téléphone, même si elles ont deux adresses différentes. «Ousmane Sonko a fait ainsi du faux parce qu’un crime n’est jamais parfait», exulte encore l’avocat de Mamour Diallo qui se réjouit également d’avoir tenu sa promesse de «démasquer l’imposteur» qui veut diriger les Sénégalais. En effet, l’avocat rappelle qu’il avait dit qu’il allait exercer un marquage à la culotte sur lui.


LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here