Le sommet MSGBC Gas, Oil and Power s’est ouvert à Dakar ce jeudi 16 décembre 2021 au CICAD sous la présidence du président de la République du Sénégal, Macky Sall. En effet, le sommet sur le bassin sédimentaire de la Mauritanie, du Sénégal, de la Gambie, de la Guinée-Bissau et de la Guinée Conakry, dont la vocation première est de promouvoir le potentiel du bassin commun à tous ces pays, est organisé pour la 5e fois sous le thème : énergies futures : comment financer une transition énergétique juste équitable et inclusive ?

La conférence et exposition MSGBC Oil, Gas & Power 2021, est une large opportunité pour le président de la République pour lister ces 4 grands défis qui attendent le continent africain pour une bonne exploitation des ressources énergétiques, surtout au niveau de ce bassin sédimentaire ouest-africain. Ainsi, devant les leaders régionaux, les dirigeants mondiaux de l’énergie et les représentants d’organisations multinationales, le président Macky Sall dira que « le premier défi est lié aux conditions et aux modalités d’exploration et d’exploitation de nos ressources. C’est pourquoi il nous faut davantage de partenaires financièrement et techniquement fiables sous la base d’une législation fiable, claire qui sécurise l’investisseur et aussi qui protège les intérêts de nos pays. Il nous appartient en tant que pays de faire les efforts nécessaires pour une participation dans l’actionnariat des business pétroliers et gaziers pour en tirer de meilleurs profits », fera-t-il savoir avant de considérer, en second lieu, la nécessité d’une formation des ressources humaines de qualité à tous les niveaux, tout en estimant que les métiers du pétrole et du gaz sont multiples aussi complexes les uns que les autres.

Depuis plusieurs années, le Sénégal partage ce bassin sédimentaire avec ses pays frontaliers. C’est ce que le Sénégal et la Mauritanie ont ensemble fait au tour du grand champ GTA », a tenté d’illustrer le président Sall pour inviter les pays à un partage d’expertise et d’expérience.

En outre, ils devront aussi penser à une meilleure exploitation des ressources énergétiques pour alimenter notre tissu économique, industriel ou encore irriguer les autres secteurs de l’économie agriculture, le développement d’élevage et de tous les autres secteurs d’activités et surtout d’assurer à nos populations l’accès universel à l’électricité à des prix abordables », a-t-il terminé.

NKN

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here