Les délégués de la Société nationale des habitations à loyer modéré (Sn Hlm), section Cnts, ont fustigé mardi la gestion « nébuleuse » du directeur général Mamadou Diagne Sy Mbengue.« La Sn Hhlm, sous la gouvernance de monsieur Sy Mbengue, directeur général et maire de Tivaouane, traverse une mauvaise gestion due aux actes posés par ce dernier à travers un degré de management très négatif vis-à-vis du service et du personnel ». C’est le constat amer établi hier par les délégués de la Sn Hlm, section Cnts. Selon eux, «depuis quelques temps, le directeur général, Mamadou Diagne Sy Mbengue a pris de manière arbitraire des décisions d’affectation ou de mutation des agents en violation des dispositions de la convention nationale interprofessionnelle du 30 décembre 2019, notamment en son article 36 qui stipule « lorsque les mutations ne sont pas prévues dans les conditions d’engagement, aucun travailleur ne peut être muté dans un autre établissement de l’employeur situé dans une commune ou une localité autre que celle de son lieu de travail habituel, sans son consentement ». Nous avons constaté que les décisions sont prises sans le consentement des agents affectés et qu’aucune clause de mobilité n’est prévue à travers leur décision d’embauche. Pire encore, toutes les décisions d’affectation visent dans le dispositif, la convention nationale interprofessionnelle du 30 décembre 2019. De telles décisions n’ont aucun fondement juridique ; car elles sont en porte à faux des dispositions de la convention visée. Le directeur général, Mamadou Diagne Sy Mbengue, et ses complices : Modibo Sarr, secrétaire général ; Ouzamatou Chitou, directrice des ressources humaines, sont pris en flagrant délit, en donnant main forte aux décisions prises qui mettent en péril la paix sociale et la vie de l’entreprise ». « Pratiques administratives nébuleuses et inquiétantes ».D’après les délégués, « les personnes mutées, sont des femmes mariées, recrutées pour servir à Dakar. Elles ont leur famille à Dakar. Leur seul tort, c’est de refuser de renoncer à leur dignité, de dire non à la mauvaise gestion sans précédente de la société, de réclamer le traitement équitable des agents et le respect de l’accord d’établissement violé par les autorités de la Sn Hlm. A l’origine des affectations, la réclamation de réparer une injustice sur le traitement salarial et certains avantages accordés de manière discriminatoires à certains agents. La mise en place du nouvel organigramme de la société, révèle de la part de Sy Mbengue, des pratiques administratives nébuleuses et inquiétantes. En effet, Monsieur Sy Mbengue a sollicité l’accord du conseil d’administration pour valider un organigramme réalisé dans le cadre d’une réorganisation supposée de la société ; mais après avoir obtenu l’aval du conseil d’administration, la grande surprise choquante est de constater le déploiement d’un organigramme différent surchargé de nouveaux postes non prévus. La raison fondamentale, c’est la patrimonialisation de la Sn Hlm par le recrutement massif de parents et clients politiques ». « Patrimonialisation de la Sn Hlm ». Les délégués d’accuser : « Depuis sa création en 1959, à nos jours, la Sn Hlm n’a jamais connu un niveau aussi bas et même nul de gestion qu’elle est aujourd’hui, avec Mamadou Sy Mbengue. Ces recrutements dépensiers ne sont pas prévus dans le budget et la plupart des postes ne sont pas pourvus. La société a d’énormes difficultés à faire face aux charges fixes de fonctionnement ». Plus grave encore, renseigne-t-il, « Sy Mbengue recrute un chauffeur payé par la Sn Hlm, mais ce dernier est au service de sa famille. Nous sommes dans quel pays, Pauvre Sénégal ».La section Cnts de la Sn Hlm d’exige de la part du directeur général et des autorités l’annulation de toutes les décisions arbitraires de mutation ou d’affectation ; le départ du secrétaire général, Modibo Sarr ; le départ de la directrice des ressources humaines, Ouzamatou Chitou ; l’arrêt immédiat de tout recrutement dans la société ; la suspension de tous les contrats de temporaires ; la régularisation des injustices sur le traitement salarial et autres et la liquidation des crédits construction dus au personnel ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here