Pour la troisième semaine consécutive, plus de 4 millions de nouveaux cas du nouveau coronavirus ont été signalés dans le monde, bien que cette semaine ait connu une légère baisse par rapport à la semaine précédente. Toutefois cette tendance et d’autres tendances à court terme des données doivent être « interprétées avec prudence en raison des vacances de fin d’année », a signalé mercredi l’Organisation mondiale de la santé (Oms), précisant que les chiffres peuvent être « influencés par les retards de présentation, d’analyse et de notification ». « La baisse des nouveaux décès observée la semaine dernière s’est inversée avec une hausse de 3 % du nombre de décès, qui s’élève à 76.000 », a détaillé l’Oms dans son dernier rapport épidémiologique. Ces dernières données interviennent alors que des rapports récents sur différentes variantes du « SRAS-CoV-2 », le virus qui provoque la Covid-19, ont de nouveau suscité « l’intérêt et l’inquiétude quant à l’impact des changements viraux ». Depuis le 5 janvier 2021, la variante « VOC-202012/01 » initialement détectée au Royaume-Uni a été détectée dans un petit nombre de cas dans 40 autres pays, territoires ou zones dans cinq des six régions de l’Oms. Quant à la variante « 501Y.V2 » initialement détectée en Afrique du Sud, elle a été retrouvée dans six autres pays et territoires.Selon l’Oms, les autorités de ces deux pays mènent actuellement des enquêtes épidémiologiques et virologiques supplémentaires afin d’évaluer plus en détail la transmissibilité, la gravité et le risque de réinfection. Pour Londres et Prétoria, il s’agit aussi de voir la portée de la réponse des anticorps à ces nouvelles variantes, ainsi que l’impact potentiel sur les contre-mesures, y compris les diagnostics, les thérapies et les vaccins. Au cours des derniers mois, deux variantes différentes du « SRAS-CoV-2 » ont été signalées à l’Oms comme des faits de santé publique inhabituels au Royaume-Uni, sous le nom de « COV 202012/01 », et en Afrique du Sud, sous le nom de « 501Y.V2 ». Les résultats épidémiologiques, de modélisation et cliniques préliminaires suggèrent que la mutation du « SRAS-CoV-2 » a augmenté sa contagiosité ; et les données préliminaires indiquent également qu’il n’y a pas de changement dans la gravité de la maladie, telle que mesurée par la durée d’hospitalisation et le taux de mortalité de 28 jours. A ce stade, les études montrent que cette nouvelle variante n’a pas de changement sur la réinfection entre les différents cas par rapport aux autres virus du « SRAS-CoV-2 » circulant au Royaume-Uni. La semaine dernière, les cinq pays ayant signalé le plus grand nombre de cas étaient les États-Unis d’Amérique (avec 132.5424 cas, soit un peu moins d’un tiers des cas mondiaux), le Royaume-Uni (343.784 cas, avec une hausse de 36%), le Brésil (252018 cas, soit une baisse de 11%), la Fédération de Russie (186.539 cas, soit une baisse de 7%) et l’Inde (136.115 cas, soit une baisse de 13%).

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here