Pour accélérer le rythme dans lequel se fait la vaccination au Sénégal, le président de la République n’exclut pas d’instaurer un pass sanitaire. Une sorte de laissez-passer sans lequel personne ne pourrait accéder aux lieux publics.

À la date du 10 novembre, 1 304 354 personnes ont été vaccinées contre le coronavirus au Sénégal. Plus de 700 000 personnes ont un schéma vaccinal complet et représentent plus de 8% de la population cible. La campagne de vaccination lancée depuis février dernier se fait avec Sinopharm, AstraZeneca et Jonhson and Jonhson.

Mais la volonté de Macky Sall déjà approuvée par des scientifiques, risque de ne pas être une réalité de sitôt. Et le reproche ne sera pas fait aux « vaccino-sceptiques » mais à un système qui n’est pas préparé en conséquence.

Il faut rappeler que ne sont éligibles que ceux qui disposent d’un schéma vaccinal complet. C’est du moins la précision qui nous a été fournie dans un centre de vaccination dans le district de Dakar-Ouest.

Pour rendre le traitement des demandes de certificat de vaccination Covid-19 fluide, le ministère de la Santé a mis en place une plateforme accessible à l’adresse vaccincovid19.sec.gouv.sn. « L’intéressé doit scanner le carton de vaccination, pièces d’identité, tout autre document utile et les charger dans la plateforme », indique la note d’information qui ajoute que « la durée de traitement pourra être ramenée de 72 heures à compter du 1er novembre ». Sauf que dans les faits, c’est un parcours du combattant pour des demandeurs qui ont accepté de parler à Dakaractu.

Après avoir introduit une demande le 22 octobre, un ressortissant sénégalais installé dans un pays du Maghreb et qui a pris ses deux doses de Sinopharm au Sénégal avant de prendre l’avion, confie n’avoir eu droit qu’à un accusé de réception. « Bonjour, votre demande de certificat a bien été transmise dès aujourd’hui à nos équipes. Celles-ci l’étudieront avec le plus grand soin avant de revenir vers vous… », répond le service digital du ministère de la Santé.

Pendant ce temps, un autre requérant attend depuis plus de deux mois qu’on lui réponde alors que les plus chanceux peuvent voir leurs demandes accoucher d’un QR CODE au bout d’une semaine.

Cette lenteur notée par plusieurs utilisateurs a eu pour conséquence de rediriger les demandeurs vers le ministère de la Santé. Or, il a été bien précisé dans la « note d’information sur l’obtention du certificat de vaccination à QR Code » que le dépôt au ministère ne sera accepté que pour les personnes du 3e âge à partir du 15 octobre.

Nous avons tenté de joindre le numéro en bas de page de ladite note. Nous avons insisté pendant toute la journée du 9 novembre. Jusqu’à ce que nous couchions ces lignes, aucun retour.

Mais l’une des raisons qui pourrait expliquer ce temps très long de traitement, c’est l’absence de dématérialisation dans les centres de vaccination. Les agents à qui est dévolue cette tache prennent les informations des candidats à main levée. Ce qui est susceptible de ralentir le processus de remontée de l’information. 

Le coordonnateur de la cellule santé digitale au ministère de la Santé, le Dr Ibrahima Khalilaloulah Dia a reconnu sur RFI, que « le grand défi réside dans l’organisation, pour que les données de vaccination soient dans le système ». Autant dire qu’au Sénégal, l’instauration du pass sanitaire peut encore attendre…

NKN

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here