jeudi, 6 octobre, 2022
Sunugal multimédia

Salif Sadio accuse la cedeao et met en garde Banjul

par Sunugalnews.com

Le Mfdc détient encore 7 Diambars et son chef militaire se fait encore entendre. Salif Sadio a reçu Rfi et en a profité pour accuser la Cedeao d’être à l’origine de cette tension.Il à également averti la Gambi. 

Suite à l’accrochage survenu le 24 janvier avec les rebelles du mouvement des forces démocratiques de Casamance (Mfdc) et qui s’était soldé par la mort de quatre soldats sénégalais et sept autres otages, Rfi a pu rencontrer Salif accusé les soldats de la Cedeao d’être à l’origine de cette tension. Le journaliste Allen Yero Emballo dit avoir retrouvé Salif Sadio après plusieurs heures de piste dans la forêt, à Bajagar, une bourgade de Casamance, Proche de la frontière gambienne. Installé dans une de leurs bases avec des hommes,le chef rebelle est revenu sur l’accrochage du 24 janvier. « Il s’est passé quelque chose de vraiment regrettable. Des troupes armées venues des territoire de la Gambie sont venues s’attaquer à nos bases, avec de l’armement lourd. Pendant cette attaque, nous avons fait deux morts, que nous avons rendus, pour au moin réduire la souffrance des familles, et sept prisonniers de guerre, armes à la main », a dit le chef rebelle. Qui poursuit: «Quoi au’il en soit, j’ai sept prisonniers avec moi : le combat s’est déroulé en territoire de Casamance,ils ont traversé la frontière pour venir s’attaquer à moi; j’ai rendu les morts à la Cedeao parce que, quand la Cedeao a reconnu que c’était leurs éléments, il fallait leurs rendre leurs morts ». 

Sur la libération des prisonniers et à quelles conditions,Salif Sadio est resté flou. « je ne sais pas à qui je vais les rendre si ce n’est pas à la Cedeao. Ce sont eux les propriétaires quand même! Parce ce que si leurs envoyés(s’y) intéressent, qu’ils viennent parler avec moi. Si les Conditions se remplissent, immédiatement, on les libère. En 2012, j’ai rendue des prisonniers Sénégalais- de l’armée sénégalaise- sans conditions », a t’il confié à l’envoyé spéciale de la Rfi. Avant d’ajouter : « Si le Sénégal est réellement engagé à négocier, à s’asseoir pour parler dans la paix , pour parler pacifiquement avec MFDC pour régler le problème de la Casamance, où est le problème, je leur rends les prisonniers! »

Sur les conséquences de l’accrochage sur médiation de la communauté sant’ Egidio, le chef rebelle a été catégorique. «Ici, c’est une attaque étrangère. Ça peut nuire, peut-être, mais ça ne peut pas arrêter les négociations ». a indiqué Salif Sadio, qui a toutefois mis en garde les autorités gambiennes à propos de « l’utilisation de leur territoire par la Cedeao pour attaquer ses bases ». 

NKN

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire