jeudi, 26 mai, 2022
Sunugal multimédia

Rufisque / Rétrospective 2021 : Du litige foncier de Dougar au drame de Ngalandou Diouf, la vieille ville dans tous ses états

par Sunugalnews.com

Litiges Fonciers à Dougar
Le problème foncier qui oppose la population de Dougar à l’entreprise Marocaine Peacock Investment a tenu en haleine toute l’opinion nationale. En effet, la population de la localité en unité avec les mouvements citoyens, a mené le combat pour la restriction des terres qu’occupe ladite entreprise étrangère. Tout a commencé en 2010, lorsque l’État du Sénégal a octroyé à la société Peacock Investment un site de 80 hectares par décret présidentiel pour un projet de construction de logements sociaux. Un site que l’entreprise en question n’a pas exploité au motif que cet emplacement n’est pas opportun pour un tel investissement. Un autre site qui s’avère être des terres des habitants, a commencé à être exploité par Peacock investment, sans approbation de la population de Dougar, a rappelé Alioune Faye, membre du Cadre d’échanges, de réflexion et d’actions pour le développement de Dougar. Ce dernier affirme que l’entreprise s’est arrangée avec la complicité de certains sénégalais pour trouver un titre foncier fictif au niveau de Dougar afin d’exploiter ces terres pour la construction de logements sociaux. 
Après les nombreuses arrestations et interpellations de presque 34 jeunes lors des affrontements avec les forces de l’ordre, la population est disposée à entamer des négociations avec les concernés et les autorités compétentes. D’après le conseiller municipal de la commune de Diamniadio, Alioune Faye, ce qu’ils demandent est simple : « puisque c’est le président qui leur a octroyé ces terres au niveau de Diamniadio, si les marocains changent de site, c’est le président qui doit prendre cette décision par un décret ce qui n’est pas le cas. » Depuis 2010, a-t-il poursuivi, on leur demande un décret qui prouve qu’on a délocalisé le site préalable qui leur avait été octroyé pour le ramener au niveau de Dougar. Des documents que la société Marocaine n’arrive toujours pas à mettre sur la table, d’après lui. Cependant les habitants de cette localité disent, ne pas être contre le projet de construction de logements sociaux, mais que ce dernier soit réalisé dans les règles de l’art comme le veulent les textes qui régissent le foncier au Sénégal. Enfin, ils réclament justice et requièrent la restitution des terres qui leur revient de droit, et promet que la population ne cessera de lutter. « On va continuer jusqu’à notre dernier souffle », a dit Alioune Faye qui a enfin lancé un appel aux populations de la communauté Saafi parce que, selon lui,  « si Dougar tombe, c’est toute la communauté Saafi qui va tomber »… 


Rappel à Dieu de Ténors de la Politique.Le département de Rufisque a connu une année très mouvementée, marquée par la perte de plusieurs autorités politiques et hommes de médias. L’ancienne députée libérale Awa Diop, a été rappelée à Dieu le 21 juillet. Elle est décrite comme une femme brave qui a participé activement à la gestion de l’État sous le règne de l’ancien président de la République, Maitre Abdoulaye Wade.. Elle était une femme politique sénégalaise, militante de la première heure du Parti démocratique sénégalais (PDS), présidente des femmes de ce parti, députée et ministre sous la présidence d’Abdoulaye Wade. 2021 a été aussi marqué par la mort de Mamadou Cora Fall, figure emblématique de la politique, survenue le 20 Octobre 2021. Mamadou Cora Fall, homme politique, a été aussi le président du Saltigué Club de Rufisque. Mamadou Cora Fall né le 14 Mars 1938, a été maire de Rufisque de 1984 à 1987. Il a derrière lui une longue carrière politique et sociale auréolée de plusieurs postes importants. La presse Rufisquoise n’a pas été aussi épargnée. Khaza Sène, Mamadou Diop alias Laye Diaw et NGouye Mbaye, animateurs et journalistes à la grande radio communautaire Jokko FM de Rufisque, ont été rappelés à Dieu. 
  Un découpage administratif qui suscite beaucoup de débat  Avec l’érection de Keur Massar en département, le département de Rufisque a connu une réorganisation, avec notamment l’éclatement de la commune de Bambilor et la création d’une sous-préfecture à Diamniadio.  En outre, une partie de Jaxaay a été amputée  du département de Rufisque. Sangalkam, commune dirigée par le ministre des Collectivités territoriales, a alimenté les débats depuis que ce projet a été évoqué. Oumar Guèye n’a pas voulu répondre aux critiques sur la part belle accordée à cette commune avec ce nouveau découpage. Ce­pendant, il souligne que «la commune de Sangalkam va polariser tous les villages, quartiers et cités qui seront en amont à partir de l’autoroute à péage jusqu’à Noflaye (…) ». Sur les limites territoriales, le ministre de l’Intérieur assure qu’elles ont été fixées de façon « précise et technique » avec les coordonnées Xy. « Avec leur identification beaucoup plus précise grâce à l’aide de l’Agence nationale de l’aménagement du territoire (Anat), on se rendra compte quelle partie est affectée pour éviter de tomber dans l’erreur qui consistait à dire que c’est derrière le baobab ou le champ de tel ou tel », a-t-il dit. Dans la même veine, le ministre des Collectivités territoriales informe que « les coordonnées Xy de toutes les communes sont connues dans la région de Dakar ». 
Une baleine échoue sur les rives de Kerry Kao et termine dans les marmites.

Les faits divers été aussi au rendez-vous dans la ville de Mame Coumba Lamb. Une baleine de 10 à 12 m d’environ s’est échouée à hauteur de la plage de Keuri Kaw à Rufisque ce 16 août 2021. Le mammifère marin qui était coincé dans les rochers avait du mal à regagner le large. Alertés, les sapeurs-pompiers n’ont malheureusement pas pu venir à temps. Après des heures, certains habitants ont commencé à dépecer l’animal devant les forces de l’ordre.
Un Prof de Maths envoyé en prison pour viol
Ng. D. Nd., professeur de Maths et de Physique Chimie dans une école privée de Rufisque, est placé en garde à vue pour viols sur mineures. Il avait transformé ses « cours de renforcement » pour ses élèves en séances de sexe « torrides » avec deux candidates au BFEM âgées de 17 ans. D’après le récit de l’une des victimes, sa relation avec son Professeur date de 2019. Tous les samedis matins, elle se faisait aborder discrètement par son prof’ de Maths, qui l’invitait à le retrouver chez lui. Elle s’y rendait souvent avec son amie. Arrivées devant le domicile de leur professeur, elles se posaient à quelques mètres de la mosquée où il est muezzin, en attendant la fin de la prière du crépuscule.
Sport : La Violence s’installe dans le Navétane et le Stade Ngalandou Diouf est saccagé.Rufisque a été marqué par des violences constatées dans le milieu sportif. Le mouvement navétane a enregistré des échauffourées qui ont abouti à la mort d’un jeune lors d’une demi-finale opposant l’asc Thiawlène et l’Asc Guiff,  le 06 Décembre 2021. La rencontre a été interrompue à cause de la violence survenue à la suite d’un penalty accordé à l’équipe de Guiff. Hostiles à la décision de l’arbitre, les supporters ont entamé les affrontements occasionnant l’effondrement d’un pan du mur du stade. Deux morts et plusieurs blessés ont été enregistrés, selon le bilan provisoire. L’une des victimes est un jeune garçon âgé de 2O ans. 38 blessés, parmi lesquels 10 femmes, ont été répertoriés. Dans le lot de ces blessés, on dénombre un cas grave dont l’identité est celle d’un garçon de 12 ans, qui a été interné à l’hôpital Principal de Dakar. Une partie du gazon a été brûlée, le stade saccagé par une foule en furie. Les activités ont été finalement suspendues définitivement dans le département.  S’exprimant à l’occasion, le ministre des Sports, Matar Ba, annonce des “mesures fermes” et déclare la “suspension des Navétanes » cette saison. “Ce qui s’est passé au stade Ngalandou Diouf est plus que regrettable. Je suis meurtri. Cette violence est inexplicable. C’est extrêmement grave ! On va suspendre tous les Navétanes qui sont assujettis à des actes de violence. C’est valable pour toutes les autres disciplines car le sport ne rime pas avec la violence. On ne peut pas vouloir une chose et son contraire. S’il y’a des morts, on est obligé de tout suspendre“, a-t-il regretté

NKN

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire

L’info en continue 

Copyright @2022 Sunugal multimedia. Tous droits réservés.