Comme annoncé, les autorités guinéennes ont confirmé hier une épidémie de maladie à virus Ebola au niveau de la communauté rurale de Gouéké, dans la préfecture de N’Zérékoré, après que trois cas aient été confirmés par le laboratoire national. C’est la première fois que la maladie est signalée dans le pays depuis la fin d’une épidémie en 2016. Les premières investigations ont révélé qu’une infirmière du centre de santé de Gouéké était décédée le 28 janvier 2021. Suite à son enterrement, six personnes qui ont assisté aux funérailles ont signalé des symptômes de type Ebola et deux d’entre elles sont décédées, tandis que les quatre autres ont été hospitalisées.Selon les informations de Libération online, les échantillons des cas confirmés ont été envoyés à l’Institut Pasteur de Dakar pour un séquençage complet du génome afin d’identifier la souche du virus Ebola. L’épicentre de l’épidémie actuelle se trouvant dans une zone frontalière, l’Oms travaille déjà avec les autorités sanitaires du Liberia et de la Sierra Leone pour renforcer la surveillance communautaire des cas dans leurs districts frontaliers, ainsi que leur capacité à dépister les cas et à assurer la surveillance dans les structures de santé. L’Oms a établi des contacts avec la Côte d’Ivoire, le Mali, le Sénégal et d’autres pays à risque de la sous-région.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here