Publicité

En marge de la conférence de la presse organisée par la famille de Baye Modou Fall dit Boy Djiné, ce mardi, le président de l’Association pour le soutien et la réinsertion sociale des détenus (ASRED), Ibrahima Sall a déploré les mauvaises conditions de détention en prison.
En effet, la surpopulation dans les cellules a toujours préoccupé les acteurs du système judiciaire. Mieux, les droits-de-l’hommistes l’ont dénoncée. Dans un de ses discours, la présidente de l’Observatoire national des lieux de privation de liberté (ONLPL) déclarait que « cela entraine une perte d’intimité et constitue sans nul doute un traitement cruel inhumain et dégradant ». « Les maisons d’arrêt et de correction du ressort de la Cour d’appel de Dakar connaissant un surpeuplement assez marqué se traduisant dans les cellules par une surface d’occupation très faible par détenu. L’impact de la surpopulation carcérale sur la promiscuité, l’insalubrité, la santé des détenus apparaît clairement dans nos nombreux rapports de visite ou monitoring des prisons et cela presque sur toute l’étendue du territoire», avait soutenu Marceline Lopez Ndiaye.

s7

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here