Il y a 1,30 milliard d’usagers de tabac dans le monde, contre 1,32 milliard en 2015. Ce nombre devrait tomber à 1,27 milliard d’ici 2025. Du moins, selon le quatrième rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur les tendances mondiales du tabac publié ce mardi.
Soixante pays sont maintenant sur la bonne voie pour atteindre l’objectif mondial volontaire d’une réduction de 30 % de la consommation de tabac, entre 2010 et 2025. Il y a deux ans, seuls 32 pays étaient sur la bonne voie, selon le rapport.
Des millions de vies ont été sauvées grâce à des politiques efficaces et globales de lutte antitabac, dans le cadre de la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac (CCLAT de l’OMS) et de MPOWER – une grande réussite dans la lutte contre l’épidémie de tabagisme.
«Il est très encourageant de voir que moins de personnes utilisent du tabac chaque année et que davantage de pays sont en voie d’atteindre les objectifs mondiaux», a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS. «Nous avons encore un long chemin à parcourir, et les compagnies de tabac continueront d’utiliser toutes les astuces du livre pour défendre les profits gigantesques qu’elles tirent du colportage de leurs marchandises mortelles. Nous encourageons tous les pays à faire un meilleur usage des nombreux outils efficaces disponibles pour aider les gens à cesser de fumer et sauver des vies».
Le rapport exhorte également les pays à accélérer la mise en œuvre des mesures décrites dans la CCLAT de l’OMS afin de réduire davantage le nombre de personnes à risque de tomber malades et de mourir d’une maladie liée au tabac.
«Il est clair que la lutte antitabac est efficace et nous avons l’obligation morale envers notre peuple d’agir de manière agressive, afin d’atteindre les objectifs de développement durable», déclare le Dr Ruediger Krech, Directeur du Département de la promotion de la santé de l’OMS. «Nous constatons de grands progrès dans de nombreux pays, qui sont le résultat de la mise en œuvre de mesures de lutte antitabac conformes à la Convention-cadre de l’OMS. Mais ce succès est fragile. Nous devons encore aller de l’avant».
Un nouveau dossier mondial d’investissement de l’OMS pour le sevrage tabagique souligne qu’investir 1,68 dollar par habitant, chaque année, dans des interventions de sevrage fondées sur des données probantes telles que des conseils succincts, des lignes nationales sans frais pour cesser de fumer et un soutien au sevrage par SMS, pourrait aider 152 millions d’usagers du tabac à cesser de fumer d’ici 2030, sauvant ainsi des millions de vies et contribuant à la croissance économique à long terme des pays.
Pour faciliter ce processus, l’OMS a mis en place un consortium de sevrage tabagique qui réunira des partenaires pour aider les pays à intensifier l’abandon du tabac. Le rapport et le dossier d’investissement sont publiés juste après la 9e Session de la Conférence des parties (COP9) et pendant la 2e Session de la Réunion des parties (MOP2) au Protocole pour éliminer le commerce illicite des produits du tabac.
Les délégués se réunissent pour contrer les ambitions de l’industrie du tabac de garder des millions de personnes accrochées à ses produits, car des preuves récentes montrent également que l’industrie du tabac a utilisé la pandémie de Covid-19 pour renforcer son influence auprès des gouvernements de 80 pays.
Principales conclusions du rapport mondial de l’OMS sur les tendances de la prévalence du tabagisme entre 2000 et 2025

En 2020, 22,3 % de la population mondiale consommait du tabac, 36,7 % de tous les hommes et 7,8 % des femmes dans le monde. 
Cible : À l’heure actuelle, 60 pays sont en voie d’atteindre l’objectif de réduction de la consommation de tabac d’ici 2025. Depuis le dernier rapport il y a deux ans, deux autres régions – les régions d’Afrique et d’Asie du Sud-Est – ont maintenant rejoint la région Amériques sur la bonne voie pour atteindre une réduction de 30 %. 
Enfants : Environ 38 millions d’enfants (âgés de 13 à 15 ans) utilisent actuellement le tabac (13 millions de filles et 25 millions de garçons). Dans la plupart des pays, il est illégal, pour les mineurs, d’acheter des produits du tabac. L’objectif est d’atteindre zéro enfant consommateur de tabac. 
Femmes : Le nombre de femmes consommant du tabac en 2020 était de 231 millions. Le groupe d’âge ayant le taux de prévalence le plus élevé chez les femmes pour le tabagisme est de 55 à 64 ans.
Tendances régionales : l’Afrique a le plus faible taux
Tendances dans les Amériques : De toutes les régions de l’OMS, la plus forte baisse des taux de prévalence au fil du temps est observée dans la région des Amériques. Le taux moyen de tabagisme est passé de 21 % en 2010 à 16 % en 2020.
Tendance de la région africaine de l’OMS : cette région a le taux moyen de tabagisme le plus bas, soit 10 % en 2020, contre 15 % en 2010.
Tendance de la région européenne de l’OMS : en Europe, 18 % des femmes continuent de fumer, soit beaucoup plus que dans toute autre région. Les femmes en Europe sont les plus lentes au monde à réduire le tabagisme. Toutes les autres régions de l’OMS sont en bonne voie pour réduire les taux de tabagisme chez les femmes d’au moins 30 %, d’ici 2025.
Tendance de l’OMS pour la région de la Méditerranée orientale : Le Pakistan est le seul pays de cette région en voie d’atteindre l’objectif de réduction du tabac. Quatre des six pays au monde où le tabagisme augmente se trouvent dans cette région.
Tendance de la région OMS de l’Asie du Sud-Est : La région a actuellement les taux de tabagisme les plus élevés, avec environ 432 millions d’utilisateurs, soit 29 % de sa population. Mais c’est aussi la région où la consommation de tabac diminue le plus rapidement. La région devrait atteindre des taux de tabagisme similaires à ceux de la région européenne et de la région du Pacifique occidental, d’ici 2025.
Tendance de la région du Pacifique occidental de l’OMS : Cette région devrait devenir la région où le taux de tabagisme est le plus élevé chez les hommes, avec plus de 45 % des hommes qui utilisent encore du tabac en 2025.
Mesures politiques : Un pays sur trois est susceptible d’atteindre l’objectif de réduction de 30 % et les pays à faible revenu réalisent actuellement le plus de progrès dans la lutte contre le tabac. Les pays à revenu intermédiaire de la partie supérieure font, en moyenne, les progrès les plus lents dans la réduction de l’usage du tabac. Dans quelque 29 pays, la qualité des données est faible ou insuffisante pour connaître la tendance, de sorte qu’une surveillance plus approfondie est nécessaire.
Les données qui sous-tendent ces estimations proviennent de 1 728 enquêtes nationales menées par des pays, entre 1990 et 2020, qui ont interrogé ensemble 97 % de la population mondiale sur leur consommation de tabac. L’article 20 de la Convention-cadre de l’OMS souligne l’importance d’organiser des enquêtes pour obtenir des preuves de l’épidémie de tabagisme, et maintenant 190 pays ont mené au moins une enquête nationale – contre 140 en 2004, lorsque le traité n’était pas encore en vigueur.
L’OMS et ses partenaires ont largement contribué à combler les lacunes en matière de données dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, par le biais des enquêtes du Système mondial de surveillance du tabac, de l’enquête STEPS et de l’enquête sur la santé dans le monde.
Faits saillants de l’argument d’investissement mondial pour l’abandon du tabac
Pour atteindre les objectifs mondiaux en matière de réduction de la consommation de tabac, les services de renoncement au tabac doivent être renforcés, tout en consolidant les mesures de lutte antitabac. Offrir des services de renoncement au tabac peut accélérer la tendance à la baisse de la prévalence du tabagisme, sauver plus de vies et protéger la santé d’un plus grand nombre de personnes.
Les interventions de renoncement à la cessation au niveau de la population comprennent de brefs conseils, des lignes nationales sans frais pour cesser de fumer et mCessation (soutien par messagerie texte par téléphone mobile). Ces interventions coûtent très peu, mais offrent un retour sur investissement significatif en 10 ans. Les interventions pharmacologiques, y compris la thérapie de remplacement de la nicotine (TRN), le bupropion et la varénicline, sont plus coûteuses, mais s’avèrent efficaces. 

NKN

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here