J’ai appris, avec une très grande consternation, le rappel à Dieu du poète et slameur Abdourahmane DABO, dit Al Fàruq. C’est une très grosse perte ! Au nom de toute la communauté culturelle du Sénégal, je voudrais m’incliner devant sa mémoire et prier pour le repos de son âme, en ce jour béni de Magal de Khadimou Rassoul.

Al Fàruq, bien que très jeune, a valu à son pays, le Sénégal, toutes les satisfactions. Il avait élevé les airs du Slam à un niveau d’amplitude qualitative tel qu’il a conquis tous les publics. Le succès précoce mais éclatant, n’a cependant jamais altéré son sourire courtois, sa bonté conviviale, sa simplicité sertie des valeurs d’éducation et de respect héritées de son terroir qui lui a toujours servi de vivier pour créer et enchanter les cœurs et les esprits. Al Faruq était à la fois une plume inspirée et une voix audible qui disent son monde et scrutent l’avenir que, si jeune, il laisse aux générations futures – ses pairs – auxquelles Dieu Le Tout Puissant vient de le soustraire selon Son inexorable Volonté !

Lauréat de Prix prestigieux, Abdourahmane DABO – Al Fàruq a représenté son pays à de grandes rencontres culturelles internationales, donnant ainsi du Sénégal une belle image de jouvence renouvelée et de féconde créativité.
A l’occasion de La 24e édition du Salon international du livre d’Alger du 30 octobre au 9 novembre 2019 , Al Faruq a révélé à la face du monde toute la puissance de la création poétique qui entretient la flamme du slam. Les membres de la délégation sénégalaise qui ont approché cette valeur sûre ont conclu que la relève de la créativité était bien assurée.

A sa famille, à ses amis, à ses proches et au SLAM, tous endeuillés, je présente mes condoléances et celles de la communauté de la Culture et de la Communication.

Que la terre de Bignona, sa terre bien-aimée, lui soit légère !

Abdoulaye DIOP

Ministre de la Culture et de la Communication

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here