OCÉAN DE LUMIÈRES SEYDINA LIMAMOU LAHI AL-MAHDI (PSL)                                                

Ce livre Océan de lumières Seydina Limamou Lahi al-Mahdi psl vient répondre aux interrogations de ceux qui sont aveuglés par le faux qui entoure la problématique du Mahdi, qui n’ont pas encore renoncé à la quête de la vérité et sont guidés par la sincérité (al-qalb-s-salîm).

L’ouïe, la vue et le bon sens sont essentiellement les trois éléments qui permettent de reconnaître un vrai prophète de Dieu, et de le distinguer des faux.

جَعَلْنَا لَهُمْ سَمْعًا وَأَبْصَارًا وَأَفْئِدَةً فَمَا أَغْنَىٰ عَنْهُمْ سَمْعُهُمْ وَلَا أَبْصَارُهُمْ وَلَا أَفْئِدَتُهُم مِّن شَيْءٍ إِذْ كَانُوا يَجْحَدُونَ بِآيَاتِ اللَّهِ[1]

« Nous leur avions doté d’une ouïe, d’une vue et des esprits, mais leur ouïe, leur vue, ainsi que leurs esprits ne leur ont été d’aucune utilité, car ils niaient les miracles de Dieu. »

Face à cette réalité, nous ne cesserons de nous étonner de constater des individus se détourner du miracle de Dieu apporté par Seydina Limamou Lahi (psl), et recourir à des livres afin de vérifier la véracité de ses déclarations, lui qui a annoncé être le prophète Muhammad (psl) revenu pour une seconde mission en tant qu’al-Mahdi. C’est comme si l’expérience avait démontré que pour distinguer un vrai prophète d’un faux, il fallait consulter les livres des ulémas. Une telle conception est absurde, et contraire aux enseignements du livre de l’Islam. Être le dernier des prophètes n’exclut pas la possibilité d’un retour des anciens prophètes comme Jésus (psl).

L’exemple que nous donnons pour mieux faire percevoir la différence qui existe entre « il n’y a pas de prophète après moi » affirmé dans un hadith et « aucun prophète ne viendra après Muhammad (psl) » soutenu par certains savants est celui de la personne à qui on refuse l’accès à une salle sous prétexte que l’effectif est au complet alors qu’elle est inclue dans cet effectif. En effet, si après la venue du dernier des invités dans cette salle, plus personne ne doit plus pouvoir y accéder au risque de dépasser l’effectif, rien ne peut justifier qu’il soit empêché aux invités pris en compte dans le calcul de cet effectif de pouvoir reprendre leur place lorsqu’ils reviennent d’une absence momentanée. De la même manière, l’annonce de la venue de Jésus n’est pas en contradiction avec le fait que Muhammad soit le dernier des prophètes qui sont apparus, car, Jésus était déjà apparu avant lui, sa venue n’est qu’un retour. Donc, elle ne signifie pas l’apparition d’un nouveau prophète.

C’est la raison pour laquelle, nous estimons que plutôt que de rechercher les preuves de la véracité de sa mission dans des livres, il aurait juste fallu tendre les oreilles pour écouter et ouvrir les yeux pour constater qu’il a apporté des preuves, comme ont eu à le faire tous les prophètes (pse). En effet, le fait que la tombe de Seydina Limamou Lahi al-Mahdi (psl) se trouve face à l’Océan Atlantique depuis plus de 112 ans, après qu’il l’a fait reculer et a garanti qu’il ne franchirait plus jamais la limite qu’il lui avait fixée constitue une réalité probante et visible que tout le monde peut constater.

Dès lors, reconnaître l’existence de son mausolée face à l’océan, devrait conduire à se rendre à l’évidence, et admettre que ce qu’il a dit correspond à la Réalité, sinon Dieu n’aurait pas fait apparaître ce mu’jiza qui vient modifier les lois de la nature pour lui donner raison. En revanche, nier la réalité de l’existence de son mausolée face à cet océan depuis plus de 112 ans, vérifiable et visible à l’œil nu, serait de la mauvaise foi, un aveuglement, voire un acte de nihilisme.

En effet, un mu’jiza est un phénomène extraordinaire qui modifie les lois de la nature et qui est perceptible par l’homme au moyen de ses sens (dont le plus important est la vue). Son but principal est de permettre de reconnaître l’intervention du Seigneur pour confirmer Son serviteur (psl). Ainsi, tous les mu’jizas sont d’une même nature et ont la même fonction : ils sont des REALITES extraordinaires qui confirment la véracité de la mission d’un prophète.

Cependant, il serait imprudent de ne pas dissocier les miracles des prophètes, de ceux des saints qui n’ont jamais déclaré être des envoyés de Dieu. En effet, les miracles réalisés par les premiers sont dénommés mu’jiza, et ceux accomplis par les seconds sont dénommés karâma (honneur). Ces derniers n’apparaissent pas chez tous les saints, mais uniquement chez certains d’entre eux, contrairement aux messagers d’Allah chez qui ils doivent inéluctablement apparaître.

Il existe aussi d’autres faits qui ressemblent à des miracles mais qui ne sont en réalité que de l’illusion ou de la prestidigitation. Leur but est d’émerveiller par de la tromperie. Ils ne sont que des faux-semblants et des mensonges. Ils ne modifient aucunement les lois de la nature. Ils constituent des FAUX extraordinaires qui servent à éblouir. Ils sont l’œuvre de magiciens.

Aduler le miracle du Coran et nier par la suite le miracle du recul de l’océan, est une absurdité qui conduit forcément à se demander s’il existe une différence entre celui qui nie l’un ou l’autre, sachant que tous les deux proviennent de Dieu ?

Autrement dit, existe-t-il une différence entre celui qui nie une parole qui ne peut être que celle de Dieu, et celui qui nie un fait qui ne peut être que celui de Dieu ? Bien évidemment, il n’en existe pas, car ils ont tous les deux nié la Réalité.

قُلْ سِيرُواْ فِي الأَرْضِ ثُمَّ انظُرُواْ كَيْفَ كَانَ عَاقِبَةُ الْمُكَذِّبِينَ

Dis: « Parcourez la terre et regardez ce qu’il est advenu de ceux qui traitaient le Réel de mensonge[2]. »

Comment quelqu’un qui a lu le Coran et pris connaissance que le tort des peuples a été de nier les miracles apportés par les envoyés d’Allah peut-il se permettre de combattre un homme qui, après avoir déclaré qu’il est l’envoyé de Dieu, a fait des miracles, c’est-à-dire des Faits Réels que nul autre que Dieu ne peut accomplir ?

فَمَنْ أَظْلَمُ مِمَّن كَذَّبَ بِآيَاتِ اللَّهِ وَصَدَفَ عَنْهَا سَنَجْزِي الَّذِينَ يَصْدِفُونَ عَنْ آيَاتِنَا سُوءَ الْعَذَابِ بِمَا كَانُوا يَصْدِفُونَ[3]

« Qui est plus injuste que celui qui traite de mensonges les miracles d’Allah et qui s’en détourne ? Nous punirons ceux qui se détournent de Nos miracles, par un mauvais châtiment, pour s’en être détournés. »

Nier les miracles des prophètes c’est soit insinuer qu’ils seraient de la magie, ou qu’ils proviendraient d’un autre créateur que Dieu, ou qu’ils ne suffiraient pas comme preuves. Chacune de ces prétentions étant bien évidemment fausse, Dieu considère ceux qui en sont les auteurs d’être des menteurs.      

إِنَّمَا يَفْتَرِي الْكَذِبَ الَّذِينَ لَا يُؤْمِنُونَ بِآيَاتِ اللَّهِ وَأُولَٰئِكَ هُمُ الْكَاذِبُونَ [4]

« Certes ceux qui ne croient pas aux miracles d’Allah forgent le mensonge; et ce sont eux les menteurs. »

Etant donné qu’il ne peut pas y avoir de preuves plus probantes que le Réel extraordinaire, ceux qui le nient, ne peuvent plus être en mesure d’être convaincus ou satisfaits par n’importe quel autre argument qu’il soit. Ils se condamnent ainsi donc à demeurer des négateurs jusqu’à leur mort et leur entrée en Enfer.

إِن تُسْمِعُ إِلَّا مَن يُؤْمِنُ بِآيَاتِنَا فَهُم مُّسْلِمُونَ[5]

« Tu ne feras entendre que ceux qui croient en Nos miracles et se soumettent. »

Le bon sens et l’équité n’acceptent pas qu’on accorde le même crédit autant à celui qui a une preuve qu’à celui qui n’en a aucune. Une mission aussi importante que celle du Mahdi et de Jésus à la fin des temps ne peut pas se revendiquer sur la base de simples déclarations ne reposant sur aucune preuve concrète provenant du Créateur.

[1] Coran, sourate 46, verset 26.

[2] Coran, sourate 6, verset 11.

[3] Coran, sourate 6, verset 157.

[4] Coran, sourate 16, verset 105.

[5] Coran, sourate 27, verset 81.


Contacts pour acheter le Livre

776534568

776955491

10.000fr Sénégal

25€ Europe

Frais d’envoi compris

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here