Le chef de l’Etat Macky Sall a délivré son message au pupitre des nations Unies, à l’occasion de la 76 ème session de l’Assemblée générale. Message articulé autour de questions comme l’assouplissement des règles de l’Ocde en faveur de l’Afrique, la réforme du Conseil des sécurité (dans lequel l’Afrique veut des postes de membre permanent), la question climatique et énergétique.

Réforme de l’Onu et de l’Ocde

«J’appelle les institutions et pays partenaires à travailler avec nous, à l’assouplissement des règles de l’Oecde pour libérer le potentiel de l’investissement en Afrique.  Chacun y trouvera son compte, car les besoins en investissements d’une Afrique en construction constituent  autant d’opportunités de croissance que de prospérité partagée.

La réforme de l’Onu s’impose, 76 ans après sa naissance. Le système multilatéral inspire confiance. Pour autant qu’il fédère les aspirations et intérêts de toutes les composantes. Il est temps que la composition du Conseil de sécurité de l’Onu reflète les réalités des nations unies du 21ème siècle. Dans toute leur diversité et non celle révolue du monde de l’après-guerre. Le Sénégal réaffirme son  attachement à la position africaine commune.»

Financements sur le Gaz

«Nos pays ne peuvent réussir la transition énergétique et renoncer aux schémas pollueurs des pays industrialisé sans une alternative viable juste et équitable. L’exploitation du gaz naturel comme énergie de transition doit être  soutenue.

C’est pourquoi le Sénégal considère que l’arrêt des financements  de la filière gaz, sous prétexte que le Gaz est une énergie  fossile, sans tenir compte qu’il est aussi et surtout une énergie propre, serait une grave atteinte à nos efforts de transition énergétique d’accès universel à l’électricité et de compétitivité de développement économique et social. J’appelle par conséquent au maintien des mécanismes de financement du gaz comme énergie de transition.»

«Nous ne pouvons nous satisfaire d’un futur de promesses »

«Il n’est pas acceptable que les femmes et les filles, qui constituent la moitié de l’humanité, continuent de subir de tels traitements au 21ème siècle. Le Sénégal a criminalisé les actes de viol et de pédophilie. Continuons la mobilisation générale en faveur de la protection et de l’autonomisation  des femmes mais aussi des jeunes y compris l’autonomisation par des financements inclusives et la mobilisation des ressources au titre  de la campagne global Financing facilities»

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here