Douze soldats nigériens ont été tués et huit blessés lors de l’attaque de la base militaire de Blabrine, dans le sud-est du pays, dans la nuit de mardi à mercredi, a annoncé mercredi le ministère nigérien de la Défense.

C’est à la frontière du Nigeria, où sévit le groupe djihadiste Boko Haram. « La position militaire de Blabrine, dans la région de Diffa, a été attaquée par des éléments armés non encore identifiés appartenant très probablement au groupe terroriste Boko Haram. Le bilan provisoire est de 12 militaires tués, 8 blessés », selon le communiqué du ministère nigérien lu à la radio d’Etat.

NIGER: douze soldats tués dans l’attaque d’une base militaire https://t.co/lWHA2exE03 pic.twitter.com/QlpBv4uo3l

— Actu Burkina (@actu_burkina) October 31, 2019

Recrudescence des attaques depuis mars 2019

Le 19 octobre, le maire de Kabaléwa, une commune proche de N’Guigmi, et son épouse ont été enlevés par des membres de Boko Haram. Fin mars 2019, au moins dix civils ont été tués dans un attentat-suicide et une attaque de Boko Haram à N’Guigmi même.

Boko Haram

Après une accalmie fin 2018 dans la région de Diffa, les attaques de Boko Haram sont devenues à nouveau récurrentes depuis mars 2019. La région a connu d’innombrables attaques depuis février 2015 et le groupe islamiste nigérian a déjà mené des opérations d’envergure par le passé, prenant le contrôle de la ville et de la base de Bosso en 2016.

senego

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here