Dans le cadre de la lutte contre l’excision et les mariages précoces, une cinquantaine de communautés de la région de Matam ont fait part, dans une déclaration, de l’abandon de ces pratiques ancestrales. Les représentants des communes signataires de cette déclaration sont issus d’Ogo et d’Agnam Civol.
«Nous prenons l’engagement solennel, en ce jour et en toute connaissance de cause, d’abandonner définitivement les pratiques de l’excision et du mariage des enfants », a déclaré Aissatou Niang, porte-parole des cinquante communautés. Selon le journal l’Observateur, ces dernières ont rejoint le mouvement qui a été lancé en juillet 1997 à Malicounda Bambara dans le département Mbour.
Pour Madame Niang, « 6959 villages ont renoncé définitivement à cette pratique, communément appelée  ‘’mutilation génitale’’ de la femme ».
Selon elle, c’est grâce à l’Ong Tostan, spécialisée dans la lutte contre l’excision, à ses partenaires et aux autorités administratives de la région de Matam, que les villages doivent l’abandon de cette pratique.

NKN

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here