Le médiateur de la Cédéao, Goodluck Jonathan, est arrivé hier, mardi 25 mai dans l’après-midi, à Bamako pour tenter de débloquer la crise provoquée par le nouveau coup de force des putschistes du mois d’août 2020. Des discutions ont commencé dans la soirée d’hier mardi, à Bamako, entre Goodluck Jonathan et sa délégation d’un côté, et de l’autre, des membres de l’ex-junte. 

Désormais, la diplomatie est à l’œuvre pour tenter d’endiguer cette nouvelle crise au Mali. Le Conseil de sécurité de l’ONU doit se réunir ce mercredi dans la soirée, à la demande du Niger et de la France. Il faut tout remettre à plat, car il y a neuf mois, la Cédéao avait pesé de tout son poids pour fixer une transition la plus courte possible et un transfert rapide des pouvoirs aux civils. D’après nos informations, le colonel Assimi Goïta s’évertue à rassurer les uns et les autres sur ses intentions : notamment l’organisation des élections générales en 2022 comme prévu. Certains interlocuteurs le croient, d’autres sont sceptiques. 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here