Les meuniers du Sénégal ne veulent plus vendre à perte leurs produits, au risque de mettre la clé sous le paillasson. Ainsi ont-ils décidé de réduire de moitié leur production.

«Le prix du blé a augmenté de 50%. Le prix du transport maritime a doublé. Le prix de la farine n’a pas diminué et l’État, qui a maintenu les prix, prend son temps pour discuter.
Résultat, les entreprises sont en train de mourir», s’insurge l’association des meuniers contacté par Le Quotidien.

Les meuniers demandent la mise en application des accords conclus depuis le mois d’avril dernier. Aujourd’hui, le gel du prix de la farine au Sénégal, coûte très cher aux meuniers. Le sac de blé est vendu à 16 600 francs Cfa, alors qu’il aurait dû en principe, revenir à 19 196 francs Cfa.

Selon l’Amis, si les prix avaient été homologués sur la base des accords entre les partenaires, le sac de farine aurait dû coûter à l’heure actuelle, environ 18 000 francs Cfa, ce qui n’aurait pas entraîné de hausse de prix du pain. Il faut noter que chaque jour, ce sont 1450 tonnes de farine qui sont vendues au Sénégal.

Ce qui permet de produire une moyenne de 8 millions de baguettes de pain. Les meuniers indiquent que la disparition de leur activité, du fait d’éventuelles faillites, constituerait «un danger pour les boulangers, et pour tous les acteurs de la filière».

Les meuniers mettent le doigt sur les risques de «perte d’emplois» que le secteur encourt avec une telle situation. Il y a 1500 emplois directs et 15 000 emplois indirects qui risquent d’être perdus.

NKN

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here