La ville méditerranéenne d’Oran a été le théâtre d’une célèbre épidémie fictive de peste bubonique en Algérie sous la domination coloniale française. Lucy Ash, de la BBC, évoque les similitudes entre le roman d’Albert Camus, La Peste, et la façon dont le pays fait face à la pandémie de coronavirus en pleine crise politique.

Bien qu’il ait été publié il y a 73 ans aujourd’hui, La Peste, ressemble presque à un bulletin d’information. Il s’est envolé des rayons des librairies du monde entier alors que les lecteurs s’efforcent de donner un sens à la propagation mondiale du Covid-19.

Assis dans son bureau à l’hôpital Mohamed-Boudiaf, où sont traités de nombreux cas de coronavirus d’Oran, le professeur Salah Lellou se dit épuisé.

Expert de la tuberculose dans la deuxième ville d’Algérie, il travaille d’arrache-pied depuis des mois, quittant rarement l’hôpital avant minuit.

« Les malades sont arrivés dans un état très grave. Tout le monde paniquait – les patients et le personnel. Nous avons vécu un moment terrible ».

« Nous ne savons pas si nous sommes arrivés au pic, ou s’il y a une deuxième vague parce qu’en ce moment, nous avons un autre pic de cas. »

Hanté par le roman

Troisième pays le plus touché en Afrique après l’Égypte et l’Afrique du Sud, l’Algérie a officiellement signalé 43 016 cas de coronavirus, dont 1 475 décès.

Elle a imposé un confinement strict après l’enregistrement de la première infection fin février et, dans une grande partie du pays, des couvre-feux nocturnes restent en vigueur.

Avec sa moustache poivre et sel et ses cheveux qui tombent, le professeur Lellou est plus âgé que le héros de Camus, le Dr Bernard Rieux, mais il semble tout aussi dévoué à ses patients.

Contrairement à beaucoup d’Oranais aujourd’hui, il connaît bien l’histoire du roman qui se déroule dans sa ville natale et semble presque hanté par lui.

Auteur : Bbc

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here