Le roi Mohammed VI du Maroc a annoncé mardi le lancement d’un comité chargé d’élaborer un nouveau modèle de développement pour lutter contre les inégalités sociales, tout en demandant un remaniement du gouvernement.LA PUBLICITÉ

Le comité servira d’organe consultatif chargé de faire des suggestions pour améliorer les réformes dans des domaines tels que l’éducation, la santé, l’agriculture, les investissements et la fiscalité, a déclaré le monarque dans un discours marquant les vingt ans de son règne.

Le roi, âgé de 55 ans, a énuméré certaines des principales réalisations de son gouvernement, en mettant l’accent sur le développement d’infrastructures telles que les autoroutes, les chemins de fer à grande vitesse, les ports, les énergies renouvelables et le développement urbain.

« Ce qui nuit à ce résultat positif, c’est que les effets des progrès et des résultats obtenus n’ont malheureusement pas été ressentis par toutes les couches de la société marocaine « , a-t-il déclaré. Un accent particulier a également été mis sur la nécessité d’ouvrir l’économie aux investisseurs étrangers et de réorganiser le secteur public.

De tels projets et réformes exigent de nouveaux dirigeants aux postes de décision, a-t-il déclaré. « Je demande au chef du gouvernement de me soumettre, après la pause estivale, des propositions visant à pourvoir les postes exécutifs au sein du gouvernement et de la fonction publique avec des élites nationales de haut niveau choisies pour leur mérite et leurs compétences », a-t-il déclaré.

Le roi a également réitéré sa « politique de la main tendue envers l’Algérie », invoquant la « fraternité » et la « joie » exprimées au Maroc après la victoire de l’équipe algérienne à la Coupe d’Afrique des Nations .

Les frontières communes sont fermées entre les deux voisins nord-africains depuis 1994. Les deux pays sont en désaccord sur un ensemble de questions, notamment le Sahara occidental, un territoire controversé considéré par le Maroc comme faisant partie intégrante de ses terres souveraines, mais également revendiqué par le gouvernement. Front Polisario soutenu par l’Algérie.

(REUTERS)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here