« Le petit déjeuner est le repas le plus important pour un enfant qui va à l’école ». Les propos sont du Pr Amadou Gallo Diop, Professeur de neurologie à l’Université Cheikh Anta Diop. C’est lors d’une session de formation sur l’éducation inclusive organisée par la Cosydep et à laquelle il a pris part, à distance. 
Le spécialiste compare un enfant sans petit déjeuner à un véhicule sans carburant. Il estime même que le mot « petit » doit être enlevé pour montrer la valeur de ce repas, surtout chez l’enfant à l’école. 
« Nous devons nous battre pour qu’aucun enfant n’aille à l’école sans prendre le petit déjeuner », insiste-t-il. Amadou Gallo Diop rappelle que le petit déjeuner n’est forcément occidental. Le repas local est très utile et à portée de… bouche. « Ça peut être le fondé, le lakh, le thiéré, le beignet, des œufs ou du lait de vache », énumère-t-il. 
D’après le neurologue, un enfant qui ne prend pas le petit déjeuner est en réalité à jeun pendant 10h, 12h de temps. S’il doit aller jusqu’en fin de journée, ça fait 15h. « Ce n’est pas bon », s’exclame Pr Diop qui souligne que c’est un héritage de la colonisation qui demande une révolution culturelle.
De cette même manière, pour que l’éducation inclusive soit une réalité, il faut des toilettes. « Les jeunes filles retiennent leurs urines jusqu’au retour à la maison, parce que les toilettes sont sales. Mais c’est une source quotidienne d’infection chez les jeunes filles et jeunes femmes », révèle-t-il. 

NKN

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here