L’attaque de l’agence de Poste Finance de Koumpentoum qui a occasionné la mort du commandant de la compagnie de gendarmerie, a ému tout le pays. Un des vigiles de l’agence s’est prononcé dans la parution du journal L’Observateur de lundi 29 juillet.

Ibra Pouye

Âgé de 30 ans, Ibra Pouye est marié et père d’un enfant. Blessé lors de l’attaque de l’agence de Poste Finance dont il est préposé à la sécurité, il subit des soins au Centre hospitalier régional de Tambacounda. « J’officie à La Poste-finance de Koumpentoum depuis cinq ans », révèle-t-il.

L’arrivée des assaillants

Ibra Pouye revient avec force détails sur l’attaque. « Il était 02 heures du matin. Et subitement, j’ai vu les moutons se lever brusquement. Je me suis dit que quelque chose n’allait pas. Pour y voir clair, j’ai emprunté les couloirs. C’est ainsi que j’ai aperçu un individu enturbanné dehors », raconte-t-il.

La poursuite 

« J’ai fait demi-tour en tentant de prendre la fuite et il m’a été demandé de m’arrêter. J’ai couru en direction de la porte de droite. Arrivé à hauteur de la fenêtre, je l’ai ouverte et sauté dans le vide. Dès que j’ai atterri, un autre individu m’a donné un violent coup à l’épaule à l’aide d’une boîte à outils. Je me suis relevé en courant vers la porte de derrière. Sur place, j’ai sauté pour passer entre les grilles de la porte. Un autre individu enturbanné qui avait une arme entre les mains m’a pourchassé sur 25 mètres. Certainement, il n’avait pas chargé son arme, sinon il allait m’abattre. Il a fait demi-tour. »

La Gendarmerie

Après avoir échappé aux assaillants qui voulaient lui faire sa fête, il précise: « J’ai continué ma course jusque dans les locaux de la Brigade de Gendarmerie, malgré les saignements et la douleur. J’ai informé les gendarmes qui étaient sur place de la présence de bandits dans les locaux de La Poste. De la Brigade, j’entendais les coups de feu qui tonnaient. »

SENEGO

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here