IGFM- Après que leur demande de renvoi du procès eut été rejetée par la Cour tôt, ce jeudi 20 décembre, les avocats de l’ex-maire de Dakar, Ababacar Khalifa Sall, tentent tout leur possible à la Cour Suprême, où l’audience se poursuit encore. Reportage

La journée semble longue. Les pro-Khalifa ne bronchent pas. Ils sont venus en masse, à la Cour Suprême. Pour soutenir leur leader. Qu’importe le verdict qui tombera. » Nous n’avons pas confiance en Macky Sall. Ni en sa justice d’ailleurs, » tranche une jeune femme venue soutenir Khalifa. Elle est vite acclamée par ses amies. L’une d’elles lance : « Mais nous ne bougerons pas tant que nous ne savons pas ce qui sera décidé. » Elle s’écrit « Khalifa! Khalifa!« . Elle est reprise aussitôt en chœur par les autres.

Comme si la longue attente et le chaud soleil ne suffisaient pas à décourager les partisans de l’accusé, la police leur demande de plier la tente qu’ils avaient érigée pour s’abriter. La goutte d’eau qui fait déborder de colère ces hommes et femmes qui attendent tranquillement de l’autre côté de la rue: « C’est inhumain de nous refuser un abri sous ce soleil ardent, » peste Birahim Guèye, l’Adjoint au maire de Sicap-Liberté. Un pro-Khalifa.

Birahim Guèye, non plus, n’est pas optimiste quant au verdict qui sera rendu: « Je n’ai aucune confiance en cette justice. Je sais que Macky et les siens feront tout pour empêcher Khalifa Sall de se présenter aux élections. »

Pendant ce temps, les suspensions s’enchaînent

Une suspension vers 12h30′. Une autre vers 14h… Et la décision est toujours attendue. D’autres suspensions aussi, qui sait? Les gens qui ont pu avoir accès à la salle de délibération semblent aussi fatigués que ceux qui attendent dehors. Leurs visages ne rassurent pas.

Après la suspension de 14h, le leader politique, Cheikh Bamba Dièye s’enflamme: « Dans ce film, Macky a le mauvais rôle« . Il persiste : « J’ai mal pour la justice sénégalaise, j’ai mal pour l’Etat de droit. » Mais sa foi en Dieu reste la seule lueur au bout de son tunnel: « Depuis plus de 4 ans, ils ont tout fait pour exclure Khalifa du jeu politique. Mais Dieu est là, et il accompagne les vertueux. »

L’audience reprend. Khalifa retient son souffle. De même que les siens.

Monia Inakanyambo

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here