lundi, 5 décembre, 2022
Sunugal multimédia

Khady Ba, Présidente de l’association des Handicapés de Guédiawaye :  » Pour changer la situation des personnes Handicapées du Sénégal, les députes doivent voter des décrets pour l’application effective des lois… « 

par Sunugalnews.com

Sunugalnews : Mme Khady Bâ, comptable de formation travaillant au niveau de la Fondation Total Sénégal dans le domaine de la sécurité routière, n’a cessé de soutenir les personnes handicapées du Sénégal. En effet, en tant que Présidente de la Fédération des Associations de Personnes handicapés de Guédiawaye et sachant le seul devoir de l’enfant c’est d’aller à l’école, elle a un programme très ambitieux de scolarisation des enfants en situation d’handicap depuis 2003, dans le but de permettre à ces handicapés d’avoir leur propre revenu et d’éviter de mendier dans l’avenir.  » Si tu dois aller à l’école alors que l’Établissement ne peut prendre en compte les personnes handicapées. Ou bien, si dans l’école, il n’y a pas d’Enseignant pouvant travailler avec la méthode braille ou la langue des signes, Dans ce cas de figure, cela pose problème. C’est ainsi qu’on a tout fait pour dérouler ce programme de scolarisation depuis 2003. Et aujourd’hui on a plusieurs enfants handicapés visuels dans l’Ecole 23 B de Guédiawaye qui étudient là-bas. Cette Ecole est d’ailleurs finalement transformée en Ecole Inclusive et nous en remercions le Maire Wakhinan-Nimzat (Racine Talla). Si nous voyons aujourd’hui beaucoup de personnes handicapées illettrées dehors, en train de mendier c’est par ce qu’elles n’ont jamais été à l’école. Et dans notre pays, la Personne qui a le revenu est en général celle qui va à l’école, poursuit ses études, obtient un diplôme et arrive à avoir un boulot et un salaire afin de subvenir à ses besoins. Et l’État aura une part de responsabilité concernant ces mendiants, s’il ne met pas les moyens et l’encadrement qu’il faut pour ces personnes handicapées, de ce fait qu’elles continuent leurs études jusqu’au bout. Je leur dit souvent que si on dit à quelqu’un d’arrêter de mendier, on doit lui donner une autre activité », a-t-elle laissé entendre.


A l’en croire, les personnes handicapées surtout les femmes ont plusieurs problèmes liés à leur handicap. C’est pour cela que Khady Bâ fait tout son possible pour leur(les femmes handicapées de Guédiawaye) accorder des lignes de crédit, en leur finançant, leur permettant de faire du commerce et d’autres activités génératrices de revenus. « Si les handicapés du Sénégal ont des problèmes, on peut dire que ceux de la Banlieue en ont encore plus, c’est pourquoi nous faisons tout pour les financer et leur permettre de faire certaines activités génératrices de revenus comme le commerce. Nous leur créons des emplois et si nous voyons aussi des boulots qu’elles peuvent faire selon leur niveau d’Etude, nous les appuyons pour qu’elles soient recrutées. Nous remercions par ailleurs le Maire Ahmed AÏdara très disponible qui nous a donné deux postes au niveau de la Mairie », a lancé Mme la Présidente.


Par ailleurs, en ce qui concerne la 14 ème législature et l’absence des personnes handicapées, Khady Bâ nous révèle que les personnes handicapées avaient pris quelques points qu’elles avaient amenés au niveau de la Direction des Elections pour le Code électoral concernant l’accessibilité des lieux de vote et entre autres. « Il y en avait 9 points dont celui d’avoir un quota et de mettre des personnes handicapées dans les listes électorales pour leur permettre de défendre leurs droits au niveau de l’Assemblée. Seulement, les chefs de partis nous ont catégoriquement refusé ce point. Mais pour ce point, je demande aux personnes handicapées de ne pas tout vouloir sur un plateau d’or. Et de faire comme moi qui suis dans le parti d’Abdoul Mbaye ACT, en tant que Présidente de la commission des femmes. Car la Politique c’est l’Art de gérer les affaires de la Cité et ça participe au développement d’un pays. Je demande alors à mes semblables d’adhérer dans les partis politiques et de travailler avec eux afin d’être nommés », a-t-elle souligné.


Khady Bâ d’attirer l’attention du Président de la République Macky Sall sur le vote de la haute autorité dans la loi d’orientation sociale pour cette 14 ème législature. Et de tout faire pour que le Fonds de promotion économique destiné aux personnes handicapées soit disponible. La Présidente de la Fédération de l’Association des personnes handicapées de Guédiawaye incite également le Chef de l’Etat, à prendre des handicapés comme ministres ou bien ministres conseillers, étant donné que Aïssatou Cissé ne pourrait pas seule, tout faire. Et qu’il y a des personnes handicapées très compétentes pouvant bien tenir des ministères.
Pour la bonne marche, Khady Bâ pense que les députés doivent souvent consulter les handicapés et se référer à la Fédération nationale des Associations des personnes handicapés au Sénégal afin d’améliorer leur situation. « Nous devons implorer aux députés de se référer à la Fédération nationale des Associations des personnes handicapées au Sénégal. Pour changer la situation des personnes Handicapées du Sénégal les députes doivent aussi voter des décrets pour l’application effective des lois qui les concernent. Car si on parle de Député, on parle de vote des lois et d’évaluation des politiques publiques. Si on parle de Député aussi, c’est pour le vote des budgets. Et les handicapés ont des problèmes de Budgets et de reconnaissance de leurs droits. Les handicapés ont pas de pas de mal qu’on ne pourrait même pas citer ici. Comme nous exprimons nos besoins en droit, j’aurais préféré que les Députés puissent prendre au moins une personne handicapée comme conseiller dans leurs groupes parlementaires. Même s’il n’y a pas de personnes handicapées dans cette 14 ème législature, au moins le fait d’avoir des handicapés comme conseillers dans les groupes parlementaires, pourraient faire l’affaire. Et non seulement ils allaient créer des emplois pour ces personnes handicapées et tous les programmes seraient déjà inclusifs. Ainsi, nous aurions plus à demander ou supplier, mais plutôt à faire respecter nos droits. Si par exemple la Convention CDPH et la loi d’orientation sociale étaient appliquées, nous allions quitter ce point A pour aller vers le point Z. Et si les Députés veulent vraiment que la situation des personnes handicapées s’améliore c’est ainsi qu’ils devraient faire », a- t-elle conclu.

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire

Copyright @2022 Sunugal multimedia. Tous droits réservés.