Ce dimanche, le président Macky Sall a salué la décision du G7 de fixer un impôt minimum de 15% pour les Multinationales. Pour le président de la République, il s’agit là d’un geste d’équité et de solidarité mondiale. Birahim Seck, qui demande plus, lui signifie le chemin qui reste à être parcouru.

Monsieur le Président de la République, l’évolution actuelle  sur la fiscalité des multinationales  est le résultat d’un long plaidoyer porté par la société civile dont le Forum Civil à travers des réseaux (FACTI, TJNA, OXFAM).

Nous vous proposons de faire mieux et plus. Il s’agit de revoir les Traités Bilatéraux d’Investissement, (TBI), les Conventions de non double imposition, d’éliminer les clauses de stabilisation dans les conventions minières, de généraliser la publication des bénéficiaires effectifs des entreprises, de faire publier les rapports sur les dépenses fiscales, de publier les conventions de financement, de transposer effectivement la convention de Palerme sur la criminalité transfrontaliere.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here