« Cette nouvelle fédération est destinée à mettre en synergie nos forces et à poser les véritables problèmes du secteur de la santé et de l’action sociale. Le règlement de nos revendications permettra de corriger les inégalités et la discrimination notées dans le traitement des agents de la santé, mais aussi avec les autres agents de l’administration et autres démembrements de l’État », dixit Cheikh Seck, porte-parole du jour des syndicalistes de la santé réunis désormais autour de la fédération des syndicats de la santé, F2S boolo laaj sunu yelleef.
Ces syndicalistes s’étaient réunis au siège de la confédération nationale des travailleurs du Sénégal. Ainsi, en ordre de bataille, ils ont menacé l’État en brandissant leur plan d’action scindé en quatre points : Assemblées générales dans toutes les structures sanitaires ; Dépôt de préavis de grève le 2 Janvier 2022 ; Marche nationale le vendredi 07 janvier 2022 et enfin, si l’État ne réagit pas, une grève générale est prévue à partir du 04 février. 
Les syndicalistes ont énuméré beaucoup de points de revendications : « Dans le cadre de la lutte contre la covid 19 ce sont plus de 100 milliards qui ont été mobilisés. Le budget de fonctionnement approuvé et voté à l’assemblée nationale dans la loi des finances 2021 faisait presque 200 Milliards. Alors que le budget de programme tournait autour de 800 Milliards, ce qui fait une somme de plus 1000 milliards mobilisée en une seule année pour un seul secteur » 
L’efficience des milliards investis dans le secteur« Le montant de la subvention de l’État pour l’ensemble des hôpitaux tourne autour de 20 Milliards. La plus grande subvention allouée à un hôpital ne dépasse pas 2 Milliards, alors que certains ont des budgets qui atteignent les 8 milliards par an. Les politiques de gratuité des soins (CMU, enfants de 0 à 5 ans, césariennes, imputations budgétaires, etc.) ont fini de mettre à genoux nos structures sanitaires, à cause de créances non remboursées par l’État. À la place,  on priorise l’achat de véhicules, le paiement des frais de mission et voyages, l’organisation de séminaires ou ateliers dont les synthèses et conclusions n’ont jamais servi à l’amélioration du système socio-sanitaire. Beaucoup de contrats juteux sont offerts gratuitement à des personnes pour des compétences moindres ou parfois douteuses. »

Le respect des accords et la matérialisation des conclusions issues des négociations et l’ouverture de discussions sérieuses autour des plateformes des syndicats« Nous exigeons une ouverture rapide et sérieuse des négociations autour des différents points contenus dans la plateforme revendicative. -Le premier point : le régime indemnitaire des systèmes de motivations. 
-Le deuxième point : la situation des agents de santé communautaire, des prestataires et des contractuels au niveau des hôpitaux.
-Le troisième point : le plan de carrière et le reclassement de certains agents au niveau de la fonction publique à la hiérarchie A2. -Le quatrième point : le respect des accords et les conclusions des différentes négociations -Le cinquième point : collectivité territoriale (manquements résultant des conséquences du redéploiement du personnel lié à l’acte 3 de la décentralisation)… »

NKN

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here