Sunugalnews :Les anciens détenus de Grand Yoff ont tenu un point de presse ce samedi 31 Août 2019, au siege Pro Family non loin du collège Hyacinthe Thiandoum, pour parler de leur vie carcérale si déplorable et surtout inciter l’État à faciliter leur réinsertion sociale.

C’est ainsi que prenant la parole, Daouda Bâ, un ancien détenu de Reubeuss, n’a pas lésiné sur les mots pour nous raconter le calvaire qu’il a vaicu dans la citadelle du silence.  » Je suis né à Grand Yoff en 1978, et j’ai grandi ici. Je peux vous dire que les gens parlent, mais ne savent pas du tout ce qui se passe exactement dans la prison. Moi qui suis là-bas depuis 1995 jusqu’en 2018, je sais pertinemment comment on vit en prison. C’est vraiment difficile de vivre en prison. C’est comme-ci nous n’étions pas des citoyens. La prison a des chambres si étroites qu’il serait difficile de comprendre comment un homme peut survivre là-bas. Il n’y a pas d’aliments sains, on ne se lave pas correctement et on ne va pas aux toilettes comme on veut. Même pour uriner, on doit faire la queue.Ce qui est vraiment déplorable. Il y a des gens qui restent un à deux mois sans même se laver. C’est vraiment difficile de vivre là-bas. C’est maintenant l’État qui doit s’en charger et tout faire pour aider ceux qui sont là-bas », a lancé l’ancien détenu.


Quant à l’ancien international de football Alioune Badara Kébé qui est le président de l’association Pro family social, son avis est que chaque personne a besoin d’une seconde chance.  » À Grand Yoff, on a une association intitulée les répentis et qui est composée de 300 membres. Et figurez-vous que dans toutes les prisons, les habitants de Grand-Yoff sont les plus nombreux. Ici, dans ce siège social, mis à part l’équipe de football de grand Yoff dont je suis le Président et les talibés qui dorment, les anciens détenus sont  aussi au nombre de 50. Ils mangent ici et ils dorment ici. J’essaye de les nourrir et de leur donner de temps en temps un petit billet pour leur besoin. Vous chaque personne a besoin d’une seconde chance. J’invite quand même l’État à leur chercher du boulot pour faciliter leur réinsertion sociale », a laissé entendre l’ancien footballeur.
En ce qui concernent les autres détenus, on peut comprendre qu’ils remercient tous le généreux Alioune Badara Kébé tout en incitant l’État à lui venir en aide dans cette action humanitaire qu’il est en train de mener.

Écrit par Saliou Samb

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here