Selon toute vraisemblance, l’attaquant star du Real Madrid figurera, ce mardi soir, dans la liste des 26 Bleus pour le championnat d’Europe.

L’hypothèse a pris corps dans la journée de lundi. Elle s’est renforcée en début de soirée au point d’apparaître, ce mardi, comme une presque certitude. Selon nos informations, Karim Benzema devrait bien figurer, ce soir, parmi les 26 joueurs convoqués par Didier Deschamps pour l’Euro (11 juin-11 juillet). Plus de cinq après sa dernière apparition en sélection, le joueur du Real Madrid, 33 ans, va donc, bel et bien, renouer le fil de son histoire internationale.

Celui-ci s’était distendu à l’automne 2015, au moment de la révélation de l’affaire de la sextape. Il avait, ensuite paru, au moins jusqu’à aujourd’hui, se rompre définitivement en juin 2016, au lendemain des déclarations du joueur à l’adresse du sélectionneur. Aux yeux de ce dernier, le Madrilène avait franchi une ligne rouge en déclarant qu’il avait « cédé sous la pression d’une partie raciste de la France » au moment de sa non-sélection à l’Euro. A plus forte raison lorsque sa maison à Concarneau avait, ensuite, été taguée avec le mot « raciste ».

Le temps est un remède à tout. Et l’heure du « pardon » est arrivée. Réuni ce mardi avec son staff au siège de la FFF, le patron des Bleus va procéder aux derniers arbitrages et acter, sans doute, la réintégration du meilleur attaquant français de la saison (29 buts et 8 passes décisives toutes compétitions confondues). De prime abord, cette décision a de quoi interpeller tant on a imaginé les positions des deux hommes irréconciliables. C’était toutefois oublier un élément fondamental et sans doute déterminant dans le dégel des relations et le retour en grâce de Benzema.

Son duo avec Mbappé promet
Le mandat de Deschamps, entamé en août 2012, est jalonné de quelques épisodes présentant, peu ou prou, des similitudes avec celui-ci. À plusieurs reprises, le capitaine des champions du monde 1998 avait su faire abstraction de ses rapports orageux avec certains joueurs (Ben Arfa, Gignac, ou Rabiot) pour les rappeler en équipe de France. Dans sa démarche, Deschamps n’a jamais dérogé de sa ligne de conduite en mettant, sans cesse, en avant la notion de collectif et l’intérêt supérieur de l’équipe de France. Selon lui, rappeler Benzema est désormais opportun d’un strict plan sportif et ne présente, d’aucune manière que ce soit, un quelconque risque pour l’équilibre et l’harmonie du groupe France.

Deschamps n’avait pas agi différemment à la fin du mois d’août 2020 en tendant la main à Adrien Rabiot lequel s’était, pourtant, auto-exclu du groupe France en mai 2018 en refusant de figurer dans la liste des réservistes en vue du Mondial russe. « Je n’aime pas prendre des positions radicales », avait alors justifié Deschamps au moment de commenter le rappel de l’ancien parisien. Neuf mois plus tard, le joueur de la Juventus Turin réunit l’unanimité sur son nom en sélection au point de prétendre à une place de titulaire durant le championnat d’Europe. Son attitude et son implication à chaque rassemblement sont appréciées de tous.

La France va donc s’avancer équipée d’une arme offensive supplémentaire avec Karim Benzema (81 sélections, 27 buts) dans ses rangs. Et déjà tous les amoureux des Bleus salivent, par avance, de sa future association avec Kylian Mbappé. Adversaires en clubs, à l’hiver 2018, puis à l’automne 2019, les deux hommes parlent sur le terrain un langage commun : celui du talent.

Le Parisien

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here