Venus de tout le pays, des partisans de Donald Trump se sont retrouvés, mercredi, dans le centre de la capitale fédérale pour une démonstration de force, au moment où le Congrès a commencé à certifier les résultats de la présidentielle.

Le Congrès des Etats-Unis a suspendu en urgence, mercredi 6 janvier, une session destinée à certifier la victoire de Joe Biden à la présidentielle après l’irruption de manifestants pro-Trump dans le Capitole. Selon un élu, du gaz lacrymogène a utilisé dans la rotonde du Capitole.

Le président sortant, qui refuse de concéder sa défaite, avait appelé ses partisans à défiler à Washington en marge de cette séance protocolaire. Après l’avoir écouté, certains manifestants se sont mis en marche vers le Congrès et la police avait ordonné l’évacuation de plusieurs bâtiments. Le maire de Washington a annoncé qu’un couvre-feu sera effectif dès 18 heures dans la capitale fédérale – 3 heures du matin en France.

« Nous n’abandonnerons jamais. Nous ne concéderons jamais [la défaite] », avait lancé le président américain devant eux, sous un ciel chargé de lourds nuages, à deux semaines de la prise de fonction du démocrate Joe Biden. « Nous avons remporté cette élection, et nous l’avons remportée largement », a-t-il martelé, contre toute évidence et en dépit de l’absence de preuves accréditant l’hypothèse de fraudes électorales.

De plus en plus isolé, Donald Trump s’en est pris avec virulence à son propre camp républicain. Les ténors républicains sont « faibles » et « pathétiques », a-t-il lancé devant ses partisans, la Maison Blanche en toile de fond. De son côté, le vice-président, Mike Pence, a fait savoir en début de séance qu’il ne s’opposerait pas à la certification de la victoire de Joe Biden à la présidentielle, s’abritant derrière les « contraintes » de la Constitution. Il a par la suite été évacué de la salle par sécurité quand les partisans de Trump ont voulu pénétrer à l’intérieur du Capitole.

le monde

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here