S. F. Dia est tombé dans le panier à salade des enquêteurs de la Division spéciale de la cybersécurité (DSC) le 15 décembre dernier.

Domicilié à Yarakh, l’escroc, qui était sous le coup de plusieurs plaintes, se faisait passer pour un détective privé.

Selon Rewmi Quotidien, c’est à travers son site internet, « détective privé Sénégal » créé depuis 2019, qu’il entrait en contact avec ses victimes sous l’appellation de M. Diagne, Ibrahima Aïdara ou Cheikh.

N. Camara a sollicité les services du mis en cause pour avoir des informations sur son fiancé.

Après avoir trouvé un accord sur le prix de 400 000 francs, elle verse un acompte de 200 000 francs.

Quelques jours plus tard, l’usurpateur lui propose l’installation d’un logiciel espion sur chacun de ses deux téléphones (iPhone 12 pro max et Techno Spark).

Sur ces entrefaites, il se présente chez elle et récupère les portables.

« Depuis, il m’envoie des messages à travers lesquels il menace de publier mes données personnelles retrouvées dans les téléphones, si je ne verse pas le reliquat », déplore l’esthéticienne de 31 ans qui a versé au dossier les captures d’écran de ses échanges avec le maître chanteur via WhatsApp.

Née en 1981, A. Diallo a confié avoir payé 700 000 francs pour l’installation du logiciel de surveillance.

« Quand il s’est présenté à mon domicile pour exécuter cette tâche, il a profité d’un moment d’inattention pour s’enfuir avec mes portables. Il m’avait dit que ceux-ci étaient sous surveillance et qu’il pouvait l’enlever », a-t-elle expliqué.

Poursuivant son récit, la commerçante indique que Dia lui a ensuite réclamé 1,5 million FCFA.

Devant son refus de céder à ses chantages, il s’est présenté nuitamment à son domicile, avant de caillasser le pare-brise de son véhicule.

Médecin de son état, la dame N. Tine a été délestée de 400 000 francs.

« Depuis qu’il a encaissé mon argent, il n’a pas exécuté son engagement. Le 5 novembre 2021, il m’a recontactée sous le pseudonyme de M. Diagne pour me proposer encore ses services, sous prétexte que l’ancien directeur de leur structure a été limogé et que la nouvelle équipe voudrait diligenter toutes les instances. C’est sur ces entrefaites que je l’ai rencontré pour la première fois à la Promenade des Thiessois. Il a voulu me convaincre de lui verser encore 400 000 francs. Ce que j’ai refusé catégoriquement », fait-elle savoir.

Des accusations que S. F. Dia a reconnues au cours de son interrogatoire.

Sur les raisons de ses agissements délictuels, il révèle être un passionné de la profession de détective privé, son gagne-pain depuis 2019.

Le mis en cause renseigne que c’est en proposant fallacieusement à ses victimes l’installation de logiciels espions que l’idée de voler les téléphones lui est venue.

« J’ai empoché globalement 4 millions de francs et fait une vingtaine de victimes », a-t-il avoué.

S’agissant de la destination des fonds, le jeune homme de 22 ans confesse qu’il louait une voiture à raison de 25 000 francs par jour.

Mieux, il informe qu’il faisait la tournée des grands-ducs dans des appartements meublés en compagnie de ses copines.

Quant aux deux portables d’A. Diallo, il indique les avoir vendus à 800 000 francs.  

Lors de leur perquisition dans la chambre du filou, les limiers ont saisi quatre pièces d’identité, deux cartes bancaires, deux portables (iPhone X et Itel), deux disques durs…

Après son face-à-face avec le procureur, le prévenu a été envoyé en taule.

Il répondra des infractions d’escroquerie, d’usurpation d’identité, de vol, de dommage à la propriété mobilière d’autrui et d’exercice illégal d’une fonction réglementée devant le tribunal des flagrants délits de Dakar le 28 décembre prochain.

NKN

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here