La coordination Saes du campus de Dakar n’est pas satisfaite du ministre de l’Enseignement supérieur, Cheikh Oumar Anne. Le syndicat qui dit avoir suspendu sa plateforme revendicative avec l’avènement de covid-19 pour accompagner l’autorité n’a pas aimé l’inertie notée du coté du ministère de tutelle. A l’issue de son assemblée générale de campus du lundi 8 novembre 2021, le syndicat a décidé de mettre la pression sur le gouvernement.
« La coordination Saes du campus de Dakar demande l’entière satisfaction des différents points inscrits sur la plateforme revendicative », a lancé hier le coordonnateur Abdoulaye Dieng, lors d’une conférence de presse.
Parmi ces points, l’exigence de la signature du décret d’application de l’Ucad, après son adoption par les instances universitaires et le conseil des ministres. Une application qui implique la mise en place du conseil d’administration et du conseil académique.
Le Saes exige également la finition des infrastructures pédagogiques et de recherche à l’Ucad. A propos des orientations des nouveaux bacheliers, le Saes s’attend au respect des instances académiques ‘’au regard de la capacité d’accueil des établissements d’enseignement supérieur’’. Le syndicat demande aussi l’élargissement fiscal en faveur des universités dont les budgets arrivent à peine à couvrir le fonctionnement.
Au vu de tous ces griefs, le Saes tient responsable l’autorité académique et le gouvernement de tout désagrément qui pourrait survenir de la non-satisfaction de ses revendications. Dans cette perspective, la section demande à ses militants de se tenir prêts pour les luttes à venir. 

NKN

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here