Le dernier président blanc sud-africain Frederik de Klerk, décédé jeudi à l’âge de 85 ans, fut un pur produit du régime raciste de l’apartheid dont il a pourtant précipité la chute en libérant Nelson Mandela, avec qui il a partagé le prix Nobel de la paix.

Frederik Willem (FW) de Klerk a une réputation de conservateur quand il succède en 1989 au président PW Botha, affaibli par un infarctus. Mais c’est bien la fin imminente de la domination blanche que cet apparatchik du Parti national annonce le 2 février 1990.

« L’heure des négociations est arrivée », déclare-t-il dès l’ouverture de la session au Parlement, annonçant la libération inconditionnelle du leader de l’ANC Nelson Mandela, en prison depuis 27 ans, et la levée de l’interdiction des partis anti-apartheid.

Des pourparlers avaient été engagés en coulisses depuis quelques années mais cette décision lance véritablement le processus de transition qui débouche quatre ans plus tard sur l’organisation des premières élections multiraciales dans l’histoire du pays, remportées par Mandela.

 

Les deux hommes reçoivent conjointement le prix Nobel en 1993 pour « leurs efforts visant à la disparition pacifique du régime de l’apartheid et pour l’établissement d’une nouvelle Afrique du Sud démocratique ».

FW De Klerk a estimé vingt ans plus tard que sa décision avait permis d’éviter « une catastrophe », sorti les Blancs de leur « isolement et de leur culpabilité » et permis aux Noirs d’accéder à « la dignité et à l’égalité ».

« Homme d’appareil »

Il a accompagné pendant deux ans le processus post-électoral en devenant un vice-président de Nelson Mandela, avant de démissionner en 1996, reprochant à la nouvelle Constitution du pays de ne pas garantir aux Blancs qu’ils puissent continuer à partager le pouvoir. Et il a abandonné l’année suivante la présidence du Parti national –historiquement le parti de l’apartheid–, entamant son retrait de la vie politique.

Depuis sa naissance le 18 mars 1936, De Klerk a toujours évolué dans les milieux nationalistes afrikaners, descendants des premiers colons européens qui parlent une langue dérivée du hollandais. Sa tante Susan était l’épouse du deuxième Premier ministre de l’apartheid Hendrik Strijdom et son père Jan fut ministre pendant quatorze ans, avant d’être président du Sénat.

C’est assez naturellement qu’il milite au Parti national dès ses études de droit, abandonnant son métier d’avocat pour entrer au Parlement en 1972. Il rejoint le gouvernement en 1978 et devient ministre pendant onze ans, notamment à l’Education comme son père.

NKN

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here