Je me souviens que dans les cabinets d’avocats, j’avais toujours évité de traiter les dossiers de divorce, m’étant rendu compte, à mon humble avis, que beaucoup de divorces auraient pu être évités.
 
Dans un mariage, il y a un idéal de vie commune que l’on cherche à matérialiser, l’idéal étant une vue de l’esprit plus ou moins subjectif. Par ailleurs, chacun ayant évolué très probablement dans des environnements socio-culturels différents, chacun ayant une vision plus ou moins différente de ce qui est essentiel ou non, chacun ayant vécu une expérience personnelle plus ou moins différente, chacun évoluant dans un environnement professionnel avec des aspirations plus ou moins différentes, la société ayant elle-même connu une transformation profonde qui implique nécessairement une adaptation, aussi négligeable soit-elle, des fonctions et droits conjugaux, un compromis s’impose entre les âmes qui décident de s’unir et de former ensemble une famille.
Ce compromis est maintenant un gage de préservation de l’harmonie au sein du couple, harmonie qui tient compte de la nécessité pour les enfants d’évoluer dans un environnement sain et propice à leur épanouissement.
Il faut se rendre à l’évidence et l’accepter, les femmes se sont émancipées et refuseront de plus en plus de se conformer aux normes religieuses ou traditionnelles favorables aux hommes et qui peuvent être adaptées dans leurs finalités et leur but ultime. Elles seront aimables, attentionnées, mais pour nos femmes intellectuelles, pas littéralement comme cela se passait à l’égard de nos grand-pères.
Sous le rapport de la finalité, la femme qui dispose maintenant strictement des mêmes droits que les hommes et assume les mêmes responsabilités avec les mêmes peines que l’homme, ne cuisenera notre bon mets que rarement (alors que l’homme préfère déguster un plat cuisiné par sa femme, pas par autoritarisme, mais juste parce que c’est le geste affectueux et la preuve d’amour qui se cache derrière l’acte qui le séduit et pourrait le conduire à ne même pas prêter attention aux imperfections d’un mets cuisiné par sa femme). Pour rester toujours dans la finalité, ce sera donc à elle de superviser la cuisine pour garantir à son mari un mets des plus succulents et que ce dernier comprenne que bien qu’occupée, les choses ont été prises en main par sa dulcinée.
L’homme est maintenant appelé à des compromis. Il n’incarne plus en réalité l’autorité maritale sur son épouse, comme le prévoit actuellement notre Code de la famille qui tarde à être dépoussiéré.
La femme, bien qu’occupée au même titre que l’homme, ne doit pas pour autant démissionner par rapport aux finalités et à l’importance des fonctions assignées socialement dont elle peut déléguer une partie.
Aussi, autant la femme recherchera la sécurité et l’amour chez son mari, autant ce dernier recherchera la considération et l’affection (Soyez gracieuse de grâce. Nous n’epousons pas des hommes « rire ») de sa femme.
Face aux multiples crises des foyers, il serait bon (ce n’est pas une faiblesse) de s’en ouvrir à ses témoins de mariage ou à un professionnel (conseiller conjugal, psychologue, etc.). Les divorces sont parfois une surprise pour les familles proches, parce que les couples veulent gérer seuls leurs problèmes (qui ne peuvent pas manquer dans toutes relations).
Ce n’est pas signe de faiblesse, mais de responsabilité et de sens de l’anticipation. C’est aussi une preuve d’amour, au lieu d’essayer de sauver les meubles quand c’est déjà trop tard.
Les familles jouent un rôle essentiel dans le maintien de l’harmonie du couple. Mais, force est de constater que de plus en plus, les familles, au lieu de traiter les problèmes avec et en présence des deux, et de jouer un rôle de facilitateur, elles prennent aussi position dans le débat du couple. Ce qui amplifie l’orgueil des uns et des autres et envenime les problèmes.
Dans tous les cas, une réflexion profonde s’impose, et nécessite l’implication de tous sans compter les sociologues au premier plan qui doivent mener un travail de fond et faire de fortes propositions pour prévenir l’implosion des familles qui auraient de graves répercussions sur l’avenir de notre société.
 NKN

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here