La Fédération ivoirienne de football a annoncé, lundi 21 décembre, avoir sollicité le Tribunal arbitral du sport pour qu’il se prononce sur la décision de la Fédération internationale de football. En août, cette dernière a interrompu le processus électoral de la présidence de la FIF, qui demande aujourd’hui la levée de cette suspension.

La course à la présidence de la Fédération ivoirienne de football (FIF) s’éternise un peu plus et compte un nouvel intervenant : le Tribunal arbitral du sport (TAS). La FIF l’a annoncé lundi dans un communiqué : elle fait appel au TAS dans le litige qui l’oppose à la Fédération internationale de football (FIFA).

Rappel des faits : le 27 août, la FIFA avait interrompu le processus électoral à la tête de la FIF. Selon cette dernière, cette décision a été prise sur la base de « rumeurs selon lesquelles la Commission électorale aurait été empêchée de poursuivre ses travaux sereinement ». La FIF elle-même avait freiné des quatre fers durant l’été face au manque de confiance et de transparence qui la mine depuis déjà des années.

Depuis, et toujours selon le communiqué de la FIF, la FIFA a demandé à la fédération ivoirienne une série d’informations et de documents, puis a procédé à des auditions jusqu’à mi-octobre. Et depuis, la FIF assure n’avoir aucune nouvelle de la FIFA, et donc encore moins de levée de la suspension décidée en août, malgré ses demandes.

La FIF « s’étonne du silence de la FIFA, l’informe des difficultés créés par le maintien de sa décision de suspension, et lui demande de bien vouloir lever cette suspension dans les meilleurs délais », et rappelle que « le football ivoirien est à l’arrêt depuis le mois d’août 2020 sans raisons objectives ».

Considérant le silence de la FIFA comme un « rejet de sa demande », la FIF se tourne désormais vers le TAS « afin de solliciter (…) l’annulation pure et simple » de la suspension en cours.

RFI

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here