jeudi, 6 octobre, 2022
Sunugal multimédia

Comprendre les dynamiques des négociations sur le climat : Enda Lead Afrique francophone renforce la capacité des journalistes

par Sunugalnews.com

Les négociations internationales sur les changements climatiques doivent créer les conditions d’accès du public à l’information et à sa participation aux débats en matière de politiques relatives au changement climatique, notamment pour les jeunes et les femmes. La Cop26 s’est achevée avec l’adoption du Pacte de Glasgow marquée par l’adoption de l’article 6 (Mécanisme de coopération sur le marché du carbone) à la suite de compromis de justesse négociés à l’échelle politique, par une série de déclarations et d’initiatives bilatérales, entre autres, n’ayant aucune valeur contraignante.
La nécessité de revendiquer davantage de justice climatique
L’Afrique contribue peu au réchauffement climatique, alors que le continent reste très vulnérable du point de vue de ses impacts négatifs.
Ainsi, il se pose toujours le débat sur la responsabilité des pays du Nord, responsables majeurs du réchauffement constaté envers les pays du Sud. Autrement dit, les acteurs non étatiques engagés estiment nécessaire de revendiquer davantage de justice climatique au vu des résultats mitigés de la Cop26.
Le Pacte de Glasgow reste un accord pour accélérer la lutte contre le réchauffement de la planète, mais sans garantir de le contenir à 1,5°C, car il offre la possibilité d’aménagements pour «circonstances nationales particulières». Un point qui a suscité les critiques des Ong sur les ambitions réelles du texte.
«Les négociations climatiques sont entrées dans une phase plus technique, plus complexe et plus décisive»
Par ailleurs, l’Accord de Paris constitue un tournant dans la lutte contre le changement climatique. Six ans après son adoption, le défi reste entier pour sa mise en œuvre.
En effet, les négociations climatiques sont entrées dans une phase plus technique, plus complexe et plus décisive. De toute évidence, il reste encore des pans entiers à franchir pour que les engagements et promesses adoptés durant la Cop21 soient une réalité. Dans ce contexte, il est «important, voire stratégique de renforcer les capacités des médias pour qu’ils comprennent les dynamiques des négociations internationales sur le climat, les engagements pris par le Sénégal pour assurer la veille et le suivi, mais surtout informer le grand public».
 C’est dans ce cadre que le Programme Enda Lead Afrique francophone a organisé un atelier de formation sur «Les enseignements de la Cop26 pour les journalistes, communicants et professionnels des médias».
Cette session de formation d’une journée, qui s’est tenue le jeudi 23 décembre 2021 à Dakar, s’inscrit dans le cadre de l’initiative Cop26 Live afin de «fournir aux journalistes et aux communicants les éléments essentiels pour mieux comprendre les enseignements de la Cop26 pour mieux l’intégrer dans leur traitement de l’information».
Ainsi, elle constitue une plateforme de renforcement de capacités sur les négociations internationales sur le climat et ses implications, mais aussi d’information du grand public sur les retombées de la Cop26.
«Fournir aux journalistes les éléments essentiels pour mieux comprendre les cycles des négociations, les grandes décisions adoptées et les enseignements de la Cop26»
Son objectif principal est de «fournir aux journalistes et aux communicants les éléments essentiels pour mieux comprendre les cycles des négociations et les grandes décisions adoptées, et les enseignements de la Cop26, afin de mieux l’intégrer dans leur traitement de l’information».
Spécifiquement, l’atelier vise à «faire l’historique des négociations ; partager les grands enseignements et résultats de la Cop26 ; partager sur quelques grands enjeux de la prochaine Cop africaine ; discuter et échanger sur les concepts émergents liés aux changements climatiques et, enfin, identifier les stratégies collectives et les synergies d’action entre organisations de la société civile et professionnels des médias pour mieux contribuer à l’action climatique au niveau national et sous-régional».
Ces thématiques ont été exposées par des responsables d’Enda Lead Afrique francophone, à savoir Mme Aissatou Diouf (Enda énergie), le professeur Boubacar Fall, par ailleurs enseignant à l’Ucad, entre autres.

NKN

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire