Il est compliqué de déterminer avec précision l’ampleur exacte des incendies qui ravagent actuellement l’Amazonie. On parle de plusieurs milliers de départs de feu et on sait que plusieurs centaines de milliers d’hectares sont déjà, ou vont partir en fumée. Jair Bolsonaro a décidé d’envoyer l’armée pour faire face au brasier, mais les autres grands incendies qui ont eu lieu dans l’histoire montrent qu’il est très compliqué pour l’homme d’éteindre un tel feu.PlayCurrent Time0:00/Duration Time0:00Loaded: 0%Progress: 0%0:00Fullscreen00:00Mute

Lors des grands incendies de 2015, l’Indonésie avait mobilisé près de 3 000 militaires en renfort des pompiers et fait appel à 14 hélicoptères bombardiers d’eau pour en venir à bout. L’effort a été colossal, mais c’est finalement la pluie qui a eu raison des flammes, et c’est un scénario qui pourrait se répéter en Amazonie.

Même s’il a décidé d’envoyer l’armée, le président brésilien, Jair Bolsonaro a déjà déclaré que son pays n’avait pas les moyens humains pour éteindre les feux et jusqu’à présent il n’a pas fait appel à l’aide internationale.

Mais même avec celle-ci, venir à bout d’un tel brasier semble irréalisable. La difficulté d’accès aux zones et l’intensité de l’incendie ne permettraient au mieux que de le circonscrire.

Le méga-feu

Un terme est même apparu pour désigner de telles fournaises : on parle désormais de méga-feu, comme ceux qui ont ravagé 13 millions d’hectares en Sibérie depuis le début de l’année. Seuls les précipitations ou un manque de combustibles peuvent les éteindre.

Heureusement, on en est encore très loin en Amazonie. On estime l’ampleur des dégâts actuels à quelques centaines de milliers d’hectares, la forêt tropicale est 5 000 fois plus grande.

► À lire aussi : «Si la forêt amazonienne disparaît davantage, il y aura un risque certain pour le climat»


♦ Les pires incendies de forêt de l’histoire moderne

L’incendie de forêt le plus meurtrier semble être celui d’octobre 1871 à Peshtigo (dans l’État du Wisconsin aux États-Unis), qui a fait 2 000 morts. Le feu, déclaré dans la forêt plusieurs jours auparavant, a détruit en quelques heures cette bourgade forestière de 1 700 habitants et ravagé seize autres villages, répartis sur 500 000 hectares.

Le « mercredi des cendres » en Australie, le 16 février 1983. En douze heures, plus de 180 incendies nourris par des vents atteignant jusqu’à 110 km/h ont causé la mort de 85 personnes et brûlé 208 000 hectares de terre.

En mai 1987, le plus grave incendie de forêt de l’histoire récente de la Chine fait au moins 200 morts dans le nord-est du pays, et ravage un million d’hectares.

En Indonésie, en 1997, un gigantesque incendie a détruit 400 000 hectares pour le principal incendie, 5,1 millions si on compte tous les feux qui se sont déclarés durant plusieurs mois (étalés sur 97-98). L’incendie a été provoqué par des opérations de déforestation.

En Europe, c’est la Grèce qui tient la dragée haute avec l’incendie d’août 2007 : 67 personnes périssent à la fin août dans des incendies de forêt sans précédent, qui ravagent 270 000 hectares. Ce sont les plus graves incendies survenus en Grèce ces dernières années.

Et enfin plus récemment : 13 millions d’hectares de forêt boréale sont partis en fumée en Sibérie depuis le début de l’année, mais on ne peut pas parler d’un seul incendie.

rfi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here