vendredi, 27 mai, 2022
Sunugal multimédia

Agressions et vols : une bande de malfaiteurs risque 20 ans de réclusion criminelle.

par Sunugalnews.com

Mamadou Aliou Diallo, Souleymane Diallo et Moustapha El Bachir Diop ont comparu, ce 5 janvier, devant la chambre criminelle du tribunal de grande instance de Dakar pour répondre des faits d’association de malfaiteurs, de vol commis en réunion la nuit avec moyen de locomotion et usage d’armes.

Les faits qui remontent au mois de juin 2017, à la veille de la fête de la Korité, se sont déroulés à divers endroits, dont Ngor Village. En effet, le groupe a trouvé le nommé Mamadou Ba dans sa boutique et avant d’emporter sa moto Jakarta, a pris son fils en otage menaçant de l’égorger s’il n’obtempérait pas.  
Dans la même boutique, les malfaiteurs ont trouvé Malick Fall qu’ils ont également agressé pour lui prendre son téléphone.

Le même groupe s’en est pris à Saliou Diallo dans un endroit différent où ils ont pu lui arracher sa tablette, 70 000FCFA et certains de ses accessoires.

Devant la barre, les mis en cause ont nié les accusations et rejettent  les charges qui leur sont reprochées. Seul l’un d’eux, à savoir Mamadou Aliou Diallo, a fini par admettre qu’il faisait partie des agresseurs et a nommé les deux (2) autres mis en cause.
« Moustapha El Bachir Diop est le cerveau de la bande, c’est lui qui a assommé Malick Fall et c’est lui qui a pris en otage le fils du boutiquier en menaçant de l’egorger », a avoué le prévenu. Interpellé sur ces aveux, Moustapha El Bachir a nié avoir pris part au forfait et campe sur son refus de coopérer.
Pour sa part, Souleymane Diallo a expliqué n’avoir jamais fréquenté les endroits cités dans le procès verbal en compagnie d’un gang ni participé à des agressions.

Il ressort également de l’enquête que le véhicule Laguna décrit par les victimes a été le même qui a été saisi par les enquêteurs ainsi que la moto volée sans plus de précisions. Des témoins ont été, par ailleurs, entendus dans le fond du dossier. C’est le cas du boutiquier, Mamadou Ba qui a été victime des agresseurs.
« Je ne les reconnais pas. Ils m’ont pris à l’improviste, j’ai juste relevé le matricule du véhicule que j’ai déposé à la gendarmerie. 

Il m’ont pris ma moto qui m’avait coûté 450 000FCFA avec tous les papiers réunis », a-t-il confié.
Pour sa part, Malick Fall, une autre victime a également livré sa version des faits.

« Trois (3) des agresseurs sont descendus du véhicule, mais je me suis bagarré avec un seul d’entre eux. Je reconnais El Bachir du groupe qui portait un short et des chaussures tic tic. Je me suis battu avec l’un d’eux. Un parmi les 2 qui étaient juste derrière moi m’a assommé avec une bouteille en verre. Je venais de mon restaurant cette nuit-là quand j’ai eu un accrochage avec eux. Il faisait un peu plus de 20h et ils m’ont pris mon portable qui coutait 120.000 FCFA », a révélé le témoin.

Le parquet dans ses réquisitions a soulevé la matérialité de l’association de malfaiteurs. Selon lui, les faits ne souffrent d’aucun doute. « Chacun avait un rôle à jouer. Certains devaient attaquer, les autres veiller à finaliser le forfait. Autant d’actes concomitants qui prouvent qu’ils ont agi ensemble. Les faits d’association de malfaiteurs sont établis », a soutenu le maître des poursuites.

Il a requis une peine d’emprisonnement de 20 ans de réclusion criminelle à l’encontre des prévenus.

La défense de Mamadou Aliou Diallo a attiré l’attention sur le flou qui entoure le dossier.
« Le droit pénal est un droit de certitude. En ce qui concerne mon client, cette certitude là fait défaut. Il n’a eu aucun rôle actif dans ces faits. Il ne connaît aucun des co-inculpés, ce que Bachir Diop a prouvé en soutenant ne pas l’avoir connu. Aucune des victimes ne l’a formellement identifié également comme faisant partie des personnes qui ont commis les agressions. On ne peut pas sur la base d’éléments approximatifs condamner une personne à 20 ans d’emprisonnement, ce n’est pas possible. Il n’y a pas suffisamment de charge à l’encontre de Mamadou Aliou Diallo qui l’implique dans la commission de l’infraction. Il a lui même nié son implication », a déclaré le conseil qui a plaidé pour son acquittement au bénéfice du doute.

Le conseil de Souleymane Diallo de son côté croit que l’acquittement seulement s’impose à ce dernier.
« Le procureur soutend sa réquisition par les déclarations à charge des co-inculpés alors que celles-ci ne doivent servir que d’information, ici, ce qui compte, ce sont les preuves. Je ne comprends pas pourquoi le maître des poursuites veuille requérir une peine aussi lourde pour des éléments aussi légers.
Aucune des parties civiles n’a affirmé ici que Souleymane Diallo faisait partie du groupe d’agresseurs. Aucun acte matériel également ne le prouve », a dit l’avocat.

Idem pour la défense du cerveau de la bande, Moustapha El Bachir Diop. Ses conseils ont remis en cause la matérialité de son implication. « Je ne vois aucun élément probant amené par le parquet qui peut prouver que ces individus ont agi ensemble. L’association de malfaiteurs n’est pas établie. Nous sollicitons, eu égard à cet état de fait, d’acquitter El Bachir Diop au bénéfice du doute, sinon tendez-lui la perche après 4 ans dans les liens de la détention, permettez-leur de retrouver la vie. C’est un jeune marié qui vient d’avoir un enfant qu’il n’a toujours pas vu », a soutenu l’un des avocats.

« Dans une affaire aussi sérieuse, il n’y a eu ni perquisition ni saisie d’armes blanches, rien qui puisse prouver la culpabilité du jeune homme. M. le Président, en analysant l’instruction, on verra qu’il y a eu une constante : tous les prévenus ont nié leur implication. Président, vous n’avez que les déclarations de Malick Fall qui accuse El Bachir et ses déclarations peuvent être remises en cause », a fait savoir le conseil qui a plaidé l’acquittement en sa faveur et à titre subsidiaire, de le condamner en tenant compte des circonstances atténuantes.

L’affaire a été mise en délibéré au 19 janvier prochain…

NKN

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire

L’info en continue 

Copyright @2022 Sunugal multimedia. Tous droits réservés.