Ce n’est pas par simple perversité que Mouhamed Habibou Guèye recueillait le sperme de ses proies qu’il gardait dans des récipients comme l’ont affirmé plusieurs victimes. Il y avait aussi un business derrière. Selon Libération, il vendait le « liquide » dans la sous-région, plus précisément au Mali, où il était souvent en déplacement. D’ailleurs, il revenait chaque fois de ses voyages avec beaucoup d’argent et offrait… des cadeaux à tous les enfants. Le sperme était vendu à des féticheurs qui ont besoin, pour certaines « potions », du « liquide » d’un homme venant d’éjaculer pour la première fois.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here