Entre Me El Hadji Diouf l’avocat de Mamour Diallo et le leader des Pastef Patriotes, Ousmane Sonko, les Sénégalais se perdent en conjectures. L’affaire des 94 milliards continue en effet de faire tâche d »huile sans qu’aucun sénégalais ne puisse en comprendre les tenants et les aboutissants. Chaque partie rivalise d’ardeur à grands renforts d’arguments mais personne ne semble convaincre les Sénégalais sur cette nébuleuse qui ressemble quelque peu à une auberge espagnole.
Depuis que le leader des Pastef Patriotes a accusé l’ancien Directeur général des impôts et domaines, Mamour Diallo de détournement de 94 milliards, le feuilleton perdure. Et on ne saurait occulter la dimension politique de ce dossier car il s’agit d’un opposant qui a pointé du doigt un élément du pouvoir pour prévarication. Mais pour autant, ce qui importe aux Sénégalais, c’est que toute la vérité jaillisse de cette nébuleuse qui prend chaque jour des allures de règlement de compte entre deux chapelles politiques qui se livre une guerre fratricide .A l’évidence, une commission d’en quête parlementaire a été établie pour éclairer la lanterne de la Justice. Malheureusement, cette commission s’est substituée au Temple de Thémis en se dotant de la prérogative de blanchir Mamour Diallo. Un vice de forme qui jette l’anathème sur la démarche précipitée du camp du pouvoir. Egalement du côté du leader des Pastef, ls déballages et les extrapolations sur ces 94 milliards continuent de plus bel mais les preuves irréfutables susceptibles de lever un coin du voile sur la véracité de ses propos, laisse à désirer. Du coup, les Sénégalais se retrouvent devant l’expectative car ne sachant qui dit la vérité dans cette affaire. L’avocat de Mamour Diallo s’est fendu d’une vidéo de 15 minutes hier pour enfoncer Ousmane Sonko. Et la contre-attaque des Pastef ne s’est pas fait attendre en marge d’une conférence de presse tenue ce jeudi. Les cadres du Pastef accusent l’Etat du Sénégal d’avoir déjà signé l’exonération des taxes pour l’entreprise turque « Tosyali » qui doit exploiter le fer de la Falémé. A la limite, les Sénégalais ne savent plus à quel saint se vouer face à 94 équations qui sont loin de connaitre leur épilogue.

senegal7

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here