lundi, 26 septembre, 2022
Sunugal multimédia

Affaire Boffa Bayotte / Me Ciré Clédor Ly, avocat de la défense : « C’est une affaire très complexe et les complicités sont à des niveaux insoupçonnés et dans des corps insoupçonnés. »

par Sunugalnews.com

Le 6 janvier 2018 restera une date qu’aucun Sénégalais ne va oublier. C’est ce jour que 14 bûcherons ont été froidement abattus par des hommes armés. Ils étaient à la recherche de bois mort dans la forêt classée de Boffa-Bayotte. Ces bûcherons seront sauvagement exécutés. 

Depuis lors, une trentaine de personnes était arrêtée dans le cadre de l’enquête pour déterminer les auteurs de ce carnage. Et quatre ans, déjà, les personnes arrêtées dans cette affaire réclament l’ouverture de leur procès pour que la vérité triomphe. L’un des principaux avocats de la défense dans cette affaire, Me Ciré Clédor Ly, estime que cette affaire n’est pas un dossier. 

Selon lui, ils ont arrêté les innocents et les criminels continuent à courir. « Et la preuve, depuis lors, des attaques similaires ont eu lieu. Ce qui veut dire qu’ils n’ont pas arrêté ceux qu’ils devaient arrêter. Ils ont pris certaines familles et ils les ont accusées sur la base de dénonciation. Aucune enquête n’a été en vérité menée ni par la gendarmerie ni par le juge, pour un crime aussi crapuleux », a dénoncé la robe noire. 

Joint par téléphone par Dakaractu, l’avocat reste convaincu qu’au moment du jugement, ils vont libérer certains et sacrifier les autres et ce sera certainement Réné Capain Bassène et son coaccusé Omar Ampoye Bodian appartenant du Mouvement des Forces Démocratiques pour la Casamance (MFDC). Parce que explique-til, ce serait un scandale d’acquitter tout le monde. « Ce dossier est un scandale, aucun des droits n’a été respecté et aucune règle traditionnelle d’enquête n’a été menée. Cela aurait pu finir par un nom lieu pour tout le monde, mais il faut dire que c’est une question d’État », lâche-t-il avant de préciser que l’histoire de la Casamance n’est pas l’affaire de la forêt classée de Boffa Bayotte, c’est la Casamance. À cet effet, Me Ciré Clédor Ly trouve que «c’est une affaire très complexe et les complicités sont à des niveaux insoupçonnés et dans des corps insoupçonnés ». 

Par ailleurs, Me Ly a dénoncé la rétention de certains éléments du dossier qui n’a pas été communiqué aux avocats de la défense. « Je ne sais rien du dossier de l’affaire Boffa Bayotte. Ils ont gardé le dossier pendant 6 mois et un bon jour, ils le balancent dans la presse alors que moi en tant qu’avocat, je n’ai reçu aucun papier » dénonce l’avocat. 

À noter que les enquêtes qui avaient été menées par la gendarmerie après la tuerie du Boffa Bayotte ont permis l’arrestation de 28 personnes dont 16 considérées comme les présumés auteurs de ce massacre. 12 d’entre eux ont été libérés. Après plusieurs renvois, le procès a été fixé jusqu’au 21 mars prochain.

NKN

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser un commentaire

Copyright @2022 Sunugal multimedia. Tous droits réservés.