L’attaque du dimanche 14 novembre contre le détachement de la gendarmerie d’Inata, dans la province du Soum (région du Sahel) a fait plus de victimes que ce qui a été initialement annoncé.

Selon un communiqué du ministère de la Communication et des Relations avec le Parlement, c’est au moins 28 soldats et 4 civils qui ont péri dans cet assaut attribué à des groupes armés non identifiés.

Le bilan aurait pu être pire si une autre attaque qui s’est déroulée le même jour contre le détachement de Kelbo n’avait été pas été repoussée par les forces de sécurité et les Volontaires pour la défense de patrie.

Les autorités ne se sont pas prononcées sur l’appel de détresse du détachement d’Inata qui a fuité sur les réseaux sociaux dans la foulée de la médiatisation de l’attaque. 

Le chef du détachement y laisse transparaître le besoin urgent en ravitaillement pour ses hommes qui seraient en rupture totale de provisions alimentaires.

En lieu et place, le président du Burkina Faso a appelé ses compatriotes à « rester soudés et déterminés face aux forces du mal qui nous imposent une guerre sans merci ».

Roch Marc Christian Kaboré qui a décrété un deuil de 72 heures à compter de ce mardi 16 novembre, assure que « nous ne laisserons pas saper les fondements de notre nation ».

NKN

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here